FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Marie Yolène Gilles jette l’Éponge à son organisation-fétiche RNDDH, ce mardi 4 avril 2017. Elle démissionne du RNDDH .

mardi 25 avril 2017

Les réflexions de Djeanane: Les détritus, un amas pernicieux !



               
Djeanane Arty
Cette semaine, sur les réseaux sociaux, il nous a été conseillé d`être vigilants car la conjonctivite refait des siennes à travers le pays. Décidément, Haïti est la cible de prédilection de nombreuses maladies infectieuses. Notre environnement malsain permet le développement de germes dangereux pour la santé des gens. Il nous faut l` assainir.  Quand on parle d`environnement, on pense tout de suite à l`ensemble des facteurs géologiques, pédagogiques et climatiques; l`ensemble des éléments naturels et artificiels qui constituent le cadre de vie d`un individu. De lui dépend l`état de santé d`une population. Tous ces facteurs et éléments doivent contribuer à rendre vivable l`atmosphère. Dans tous les pays dirigés par des intellectuels intègres, idéalistes soucieux du bien-être de leurs concitoyens, l`environnement occupe une place importante dans leur agenda. Des spécialistes sont chargés d`étudier les moindres changements à tous les niveaux car, pour eux, prévenir vaut mieux que guérir. Notre Haïti n`a pas la chance de bénéficier de telles attentions. Nous y vivons à nos risques et périls car comme on aime à le dire dans notre autre langue officielle : ``chak koukouy klere pou grenn je yo``. La perspicacité, les scrupules, la moralité ne sont pas des qualités qui caractérisent la plupart de nos dirigeants. À nous de nous débrouiller pour éviter les virus et épidémies qui menacent la population haïtienne. Sauve qui peut !

             Pas besoin d`être technicien pour constater que les détritus sont à l`origine des problèmes d`insalubrité d`Haïti, autrefois si propre.

             Que devons-nous faire pour éradiquer ce mal porteur de toutes sortes de germes? Les ordures sont charriées par les eaux de pluie et les eaux usées des laveurs de voitures ou des marchands qui n`ont aucune gêne, après avoir lavé leurs accessoires de cuisines ou autre, de faire leurs ablutions en pleine rue au vu et au su de tous.

              Débarrasser Haïti de ces immondices est primordial, une tâche  presque impossible à réaliser. On peut néanmoins  tout obtenir avec de la volonté et de la discipline.   Le plus important  serait  d`empêcher les eaux de pluie de dévaler des montagnes  pour aller polluer les villes et combler les égouts.  Deux solutions s`imposent : planter des arbres et creuser à flanc des montagnes des  canaux d`irrigation qui récolteront l`eau de pluie.  

                 Il nous faut avant tout des cadres de valeur motivés désirant un changement positif dans le pays. Ils devront être à la hauteur pour évaluer les directeurs des différents services responsables de la salubrité des villes et avoir assez de personnalité et de moralité pour révoquer les incompétents nonobstant leurs liens de parenté ou d`amitié.

                 Des travailleurs sociaux  conscientiseront les gens pour les obliger à se servir des bacs, des latrines et des citernes placés par la mairie. Des marchés   publics munis de douches et de WC seront aménagés dans différents quartiers.

                  Si ces suggestions sont mises en pratique et que les techniciens se mettent à la tâche consciencieusement pour débarrasser le pays de ce danger ambulant que représentent les ordures et assainir l`environnement, ce sera, a n'en pas douter, un grand pas vers le développement durable.


lundi 24 avril 2017

La situation dans le Sud d'Haiti suite aux intempéries du week-end écoulé sur plusieurs communes




Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur plusieurs départements  du pays en particulier dans le Sud les 21, 22 et  23 avril, ont causé le décès par noyade d’un septuagénaire alité, surpris par les eaux dans une maisonnette de fortune, au Bord  de mer, centre-ville de Port-Salut. Un jeune homme de 19 ans est également mort noyé à Camp-Perrin, en tentant de traverser la ravine du Sud en crue,  à moto.

Au total, 35 maisons ont été endommagées, 45 autres inondées, suivant un bilan partiel de la
Coordination Sud de la Protection Civile, de concert avec les Autorités locales. Les communes principalement touchées sont les Cayes, Port-Salut, Tiburon, Roche-à-Bateau, Cavaillon, les Anglais, Maniche, Chardonnière, Arniquet, Torbeck, Saint Jean du Sud, Camp-Perrin, Chantal et Saint Louis du Sud, où des pertes agricoles et sur le bétail ont également été enregistrées.

Par rapport à la montée des eaux sur le littoral, aussi par endroit à l’intérieur des villes, les Autorités locales ont procédé à des évacuations. A Maniche, une cinquantaine de familles a été déplacée vers les écoles nationales de Melon et Dory. De même, la Mairie de Port-Salut a  procédé à l’évacuation de quelques familles, exposées suite à un glissement de terrain dans la localité de Dumont.

Par ailleurs, les  techniciens du Ministère des Travaux Publics Transport et Communication (TPTC), poursuivent leurs interventions notamment à Arniquet, Port-Salut, Port-a-Piment et Saint-Jean du Sud  ou plusieurs tronçons de routes ont été affectés à différents niveaux.  Cinq cent (500) familles ont bénéficié de kits alimentaires dans la ville des Cayes et ses environs et  200 bâches ont été distribuées dans un camp  à Cavaillon à des familles en difficulté
.
Compte tenu de la persistance des  précipitations  encore  attendues sur le pays durant les prochaines 24 heures, notamment sur  la Grande Anse, les Nippes, l’Ouest, le Sud-est et le Centre, les habitants des zones à risques, en  particulier, doivent rester vigilants et  mettre en application les consignes  usuelles de sécurité, en cas  de fortes pluies et d’orages. Aussi, il est formellement  interdit de traverser les rivières au moment des crues.


mercredi 19 avril 2017

Groupe de Travail et de Réflexion sur la Reconstruction du bâtiment historique du Palais National



Le Président Jovenel Moïse, accompagné du Premier Ministre, Dr Jack Guy Lafontant, a procédé ce mercredi 19 Avril 2017, au Palais National, à l’installation du Groupe de Travail et de Réflexion sur la Reconstruction du bâtiment historique du Palais National.

Ce Groupe, composé de : M. Clément Bélizaire (Coordonnateur), M. Georges Michel, M. Daniel Elie, M. Patrick Durandis, M. Patrick Delatour, Mme Sabine Malebranche et M. Yvan Pinchinat (membres), travaillera de concert avec le Ministère des Travaux Publics, Transport et Communications (MTPTC) et l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics (UCLBP).

Avec un mandat de 90 jours, le Groupe est chargé de coordonner les activités devant aboutir à la reconstruction du bâtiment historique du Palais National. 


Il a pour mission de :
  1. Retrouver et analyser le plan architectural de l’ingénieur Georges BAUSSAN ;
  2. Elaborer la feuille de route pour la reconstruction du Palais National ;
  3. Organiser le débat d’orientation et le concours pour définir le parti architectural pour la construction du Palais ;
  4. Définir le plan, le programme et élaborer les termes de référence de l’étude de la reconstruction du Palais ;
  5. Informer les citoyens, les médias, les organismes publics et la société civile de toutes les activités entreprises dans le cadre de la reconstruction du Palais National.

En présence des Président et Vice-président de l’Assemblée nationale, Honorables Youri Latortue et Cholzer Chancy, du Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me Jules Cantave, d’anciens Chefs d’État haïtiens et de représentants de diverses entités de l’État travaillant dans le secteur de la construction, le Chef de l’État a rappelé la valeur historique, culturelle et symbolique du Palais national et le sens de sa reconstruction. Il croit que ce nouveau Palais National doit faire le lien entre l’histoire, la culture et l’avenir de la nation.

Trois conditions essentielles devront être prises en compte dans la conduite des travaux de reconstruction du Palais, selon le Président Jovenel Moïse :

  1. Ces travaux doivent permettre aux citoyens, universitaires, experts, architectes et ingénieurs du pays et de la diaspora d’alimenter les réflexions afin d’avoir un Palais National qui répond aux préoccupations architecturales et esthétiques de l’Etat ; 
  2. Dans le cadre de cette reconstruction, les experts doivent tirer toutes les leçons du séisme du 12 Janvier 2010 et être vigilants afin de prendre en compte toutes les normes de sécurité en matière de construction ; 
  3. L’architecture du Palais a fait rêver plusieurs générations. Il est nécessaire de reconstruire les façades extérieures du Palais à l’identique. Mais à l’intérieur, il y a lieu d’avoir de nouveaux accommodements qui permettent de répondre aux besoins des organes et des services de la Présidence de la République tout en respectant les normes modernes de construction d’un bâtiment public.

Le Chef de l’Etat a annoncé la mise sur pied de comités d’initiative sur le réaménagement et la reconstruction des centres historiques de toutes les grandes villes de la République, prioritairement le centre historique du Cap-Haitien et toutes les villes du Grand Sud dévastées en support aux Autorités Publiques d’Aménagement du Territoire nouvellement créées seront mis en place.

Le Président de la République, Jovenel Moïse, croit que la reconstruction du Centre-ville de Port-au-Prince, demande des compétences pointues dans différents domaines du savoir. Les compétences locales et de la diaspora seront mobilisées.

mardi 4 avril 2017

Haïti/Politique: Lettre de Moïse Jean-Charles à Jovenel Moïse

Un devoir citoyen et humaniste m’enjoint à vous adresser, M. Jovenel Moïse cette correspondance ouverte, affranchie des contraintes protocolaires.

 À l’évocation des souvenirs d’un temps récent, vous étiez de mon équipe et j’ose présumer connaître, tant soit peu, vos qualités et vos ambivalences. Je m’enhardis donc, dans mes latitudes civiques, à prévenir que mon pays et mes concitoyens n’aient à plaindre un fils du Nord héroïque perdu dans la spirale du choc des cultures et aujourd’hui ivre des honneurs d’une ascension politique escamotée avec cette mission, désormais impossible, de maintenir un ordre sociopolitique basé sur le monopole, la corruption, l’exclusion sociale, l’assistanat et la démagogie.

 Camarade, en vérité, cet État de ‹‹ Lesen Grennen ›› outillé de doublure, de cupidité et de manichéisme, cet État, dis-je, campé sur l’île de Quisqueya aux lendemains du régicide sacrilège du 17 octobre 1806, cet État convenant au mieux aux intérêts d’un impérialisme inhumain, monstrueux est en phase finale de décomposition. Nul ne saurait en garantir la stabilité. Même les tuteurs, les proconsuls et les décideurs par procuration se doivent d’admettre qu’on en a assez du système de gouvernance cupide et ethnocentrique qui en résulta.

 Pendant plus de deux siècles, les stratèges de cet État ont broyé toutes les espérances de salut collectif. De gré ou de force, ils ont réduit au silence ou étouffé les voix de la Raison, de l’Espoir et du Droit.

 Est-ce présomptueux de vous inviter, ici, à vous rencontrer introspectivement dans le serpentin de vos doutes, de vos réflexions pêle-mêle pour vous rendre à l’évidence de cette farce électorale qui vous a élevé à la place d’honneur pour vous entraîner sur la place d’armes, oui de cette farce électorale dont vous êtes le dindon. Et, ainsi, vous êtes la dernière doublure de ce système en décomposition.

 Vous pouvez rétorquer à bon droit qu’on ne peut corriger que de l’intérieur. Hélas ! Dans la tourmente d’une spirale, on perd toutes les notions d’orientation, on perd ses repères, on perd ses pédales, on lutte contre son ombre, on se fourvoie jusqu’à se nourrir de sang. Demandez à Pierrot, à Salnave et à Duvalier. Et comme qui dirait vous marchez déjà sur leurs traces avec cette proposition de loi sur la diffamation, ce déterrement de la veille pratique de la Rome de César : diviser pour régner. Le système est à bout d’inspiration pour fragiliser la Plateforme Pitit Dessalines et déstabiliser Moise Jean-Charles. Pour votre entendement, Pitit Dessalines est une institution-patrimoine au regard de la Real politik. Elle résistera aux assauts du système et Moise Jean-Charles fera son chemin. En plus. aujourd’hui, il existe un Parti Pitit Dessalines. ‹‹ Nou bite nou pa tonbe. Nou se rozo ››. Donc le débat est clos.

Parlons maintenant pays et développement.

 J’ai un immense plaisir à vous présenter mes félicitations, sans équivoque, pour le vote d’Haïti à l’OEA en solidarité avec la Nation sœur de la République Bolivarienne du Venezuela. Est-ce un signal de souveraineté nationale que vous avez envoyé à vos censeurs à l’approche du départ de la Minustha exigé du peuple haïtien ? Est-ce un choix responsable de marcher dans le sens de l’histoire pour cette humanité solidaire ? Est-ce aussi une stratégie de poudre aux yeux pour mieux cacher à la Nation les véritables mobiles de ce pouvoir illégitime de fait de novembre 2016 ?

Ces interrogations participent d’une absence, dans la déclaration de politique générale de votre Premier ministre d’une définition objective des grands axes de votre politique diplomatique. La Constitution de la République vous incombe cette tâche. Elles traduisent aussi mes inquiétudes personnelles quant à vos lourdes redevances à une fange de la communauté internationale qui, associée aux intérêts très particuliers de certains pachas de l’élite économique haïtienne, ont tout fagoté pour imposer à la Nation le poulain de Michel Joseph Martelly dont la gestion catastrophique s’est soldée par le gâchis que reconnaissent partisans et opposants.

Vous avez, par antériorité, attesté du bien-fondé de ces questionnements quand vous offrez, sans répit, l’image d’un candidat toujours en campagne. N’est-il pas vrai que votre intervention aux funérailles de l’ex-président René Préval en reste un éloquent témoignage ? Soit dit en passant, vous avez, camarade, ainsi, outragé la mémoire du défunt. Somme toute, avec toute la gauche haïtienne responsable et tous les peuples solidaires du Venezuela, je vous décerne un brevet.

Selon les informations qui me sont parvenues, les résultats des examens de l’autopsie du cadavre de l’ex-président René Préval ont conclu à un empoisonnement. M chita map gade kijan w pral jere bagay sa. Kanpay la fini. Peyi a ap tann nou ak dosye cho sa.

Cela fait trois mois depuis que Guy Philippe, l’un de vos alliés, sénateur élu de la République, a été arrêté puis transféré aux Étas-unis pour son implication présumée dans le trafic de drogue. Ses collègues du Grand Corps ont voté une résolution condamnant cet acte d’ingérence de la part d’une puissance étrangère. Maintenant, la balle est entre vos mains en dépit de votre silence si éloquent dans ce dossier. Guy Philippe a mené campagne pour vous et avec vous dans la Grand’Anse. Votre attitude de mépris à son égard est reprochable et ingrate. Mais cela se comprend, vous êtes entre l’enclume et le marteau. Et vous avez fait votre choix.

 Néanmoins, sur le plan intérieur, les premiers balbutiements du pouvoir Jovenel/Lafontant/Martelly/Clinton/Apaid laissent en présager ce que seront les cents premiers jours, voire le mandat. Sans un projet de calendrier d’actions, on s’engouffre dans une littérature utopique qui réduit le gouvernement à un service de pompiers. Aucune approche systémique pour adresser les grands problèmes de l’heure. Et le président imposé à l’allure d’« un rien à faire » qui peut se payer le luxe d’encadrer le SMCRS dans une opération de salubrité sur les berges du Bois-de-Chênes. L’Entreprise nationale, dans votre jargon libéral, sera-t-elle, elle aussi, conduite à la faillite comme Agritrans et l’usine de traitement de l’eau dans le Nord que vous avez montées.

 Puis-je encore vous conseiller à ne pas faire tête de mule ? Souvenez-vous que la firme consultée pour le montage de cette production de bananes redoutait de fâcheuses conséquences sur la nappe phréatique et prévenait des risques de salinisation de l’eau rendant, a priori, impossible la tenue de cette bananeraie. Mais vous n’en avez cure.

S’il est vrai que certains, depuis 1806, considèrent le pays comme un bien privé, je vous rappelle que Haïti est à chacun et à chacune de ses filles et fils. Oui, revenons à cette approche globale d’un plan de développement durable. Les premières mesures de ce gouvernement sont floues et à brûle pourpoint incohérentes.

 Et pour preuve, le ministère de la Planification, si j’ai bonne antenne, a dénoncé le régime des subventions. C’est louable. Mais ne devrait-on pas à ce chapitre faire appel à la transparence pour édifier la nation et après coup porter la justice à sévir contre les courtiers et les professionnels de la corruption ? Attendez, dites-vous ? De grâce, la loi sur la diffamation ne handicape-t-elle pas le travail de la presse et n’enfreint-elle pas le droit à l’information du citoyen dans un État démocratique que votre gouvernement prétend mieux construire ?

 D’ailleurs, pour ceux qui lisent entre les lignes et avec objectivité, certaines personnalités nommées à des postes stratégiques renvoient à cette inclination d’une police secrète de persécution et d’intimidation, à cette continuité du régime corrupteur et corrompu. C’est bien, pour un pays, d’avoir un service d’intelligence, c’est bien aussi dans l’Administration de faire appel à l’expérience, mais quand la stature du messager rappelle un passé effrayant où l’on cautionnait les abus, les atteintes aux libertés citoyennes et exaltait les tentatives d’assassinat; comme celles perpétrées contre moi durant la campagne électorale, il y a, pour les avisés, comme Moise Jean-Charles, lieu de s’inquiéter. Je ne pointe pas ici du doigt M. Sanon, M. Jeantel Joseph, M. Ocnam. Je garde une position de principe. Tout comme, à moins que les antécédents cachent une expertise, je comprends mal la nomination de M. St-Albin comme titulaire du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales. Quatrième poste politique en importance à mon sens de tout pouvoir déterminé à réussir. Est-ce là une manière de confirmer, si besoin était, que Martelly est encore au pouvoir ?

 Camarade citoyen, j’ai par ouï-dire appris les mesures annoncées par la Banque centrale pour freiner la décote de la gourde. Parallèlement, j’espérais une définition propre et claire d’une politique économique renforçant les mesures. Pour avoir été tour à tour maire, conseiller du président Préval, sénateur avec une aura internationale enviable, -permettez ce peu de modestie- membre de plusieurs commissions parlementaires, je peux vous avouer que, sur le plan économique, vous nagez dans des eaux troubles. Et si cette droite libérale et prédatrice qui vous a imposé ne vous souffle pas tout de suite une recette/tampon malgré les 120 millions de dollars injectés sur le marché, la gloutonnerie aura raison de vos espérances et bientôt l’on aura besoin de 100 gourdes pour un dollar américain.

Prophète de malheur ? Partisan du chaos ? Oh, non. Citoyen, ayant renforcé la diplomatie parlementaire, dans cette dernière décade, j’ai la diligence des détails annonçant une catastrophe économique. Et si réussir en politique, c’est obtenir des résultats saillants qui satisfont les attentes de la communauté, une dose d’anticipation est on ne plus importante.

  Votre méthode de gouvernance entend-elle encore et toujours assurer la continuité en matière de justice et de justice sociale ? Vous conviendrez avec moi dans un sursaut de dépassement que, dans ces domaines, il faut ingénieusement offrir autre chose que du replâtrage, d’un vernis de correction susceptible d’accélérer une implosion du système et l’explosion sociale déjà imminente avec cette crise de famine dans le grand Sud que les stratégies de saupoudrage de votre gouvernement auront de la peine à juguler.

Les troubles au Trou-du-Nord, à l’Arcahaie, les grognes sourdes sous les toits et sous les lampadaires, l’exode systémique des gens du pays profond ou vers les ghettos des grandes villes ou vers les pays de l’Amérique latine, la déchéance institutionnelle, sont, entre autres, des signes avant-coureurs d’un grand bouleversement sociopolitique avec, certainement, des dégâts collatéraux importants. Je plaide pour une révolution pacifique.

On a combattu, par tous les moyens, Moise Jean-Charles pour cette idée. Mais qui peut nier, aujourd’hui, que la politique du nouveau président américain, le Brexit Anglais, l’Axe Russie-Iran-Syrie, la quête farouche de l’identité française, pour ne citer que ceux-là, annoncent un retour en puissance du protectionnisme d’État. A quoi donc peut prétendre un État défaillant comme l’Haïti d’aujourd’hui ? Un État congru, assisté indécemment parfois, et sans une idée réelle de revalorisation nationale.

 Quelle est la consistance de vos promesses électorales ? On me dirait que je vais trop vite en besogne. Mais celui qui le dira a-t-il mesuré les enjeux ?

 Vous avez été imposé par une clique de commerçants qui tirent toute leur fortune de l’importation des produits de nécessité quotidienne : riz, œufs, bananes (malheureusement), haricots. Comment, dans ce conflit d’intérêt, redresser la production nationale qui demande science, volonté politique et patriotisme ?

Vous avez été imposé par des agents d’une certaine communauté internationale avide des réserves minières des pays du tiers monde déjà surexploités.

 Vous avez été choisi et cuisiné par Michel Joseph Martelly et sa clique pour pérenniser l’impunité, institutionnaliser la corruption et mâter, si possible, la hardiesse des leaders politiques et des leaders d’opinion accrochés à la bonne gouvernance et au triomphe du droit.

 Cette droite libérale dont vous portez le projet désuet de pays clanique et satellite des intérêts du grand capitalisme féroce vous a emprisonné, embrigadé et conditionné à ne penser que paupérisation radicale en douceur et n’agir qu’avec les atouts de la démagogie.

 Êtes-vous, dans cette ambiance, capable de vous élever au rang des génies pour sortir le grand jeu dans l’intérêt national ? J’en doute et je vous plains.

 Mon cher Moise, qu’êtes-vous allé foutre dans cette galère ?

 En toute simplicité

Crédit: Moïse Jean-Charles