FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Louis-Philippe Dalembert, lauréat 2017 du Prix France Bleu .

lundi 16 janvier 2017

Haiti/USA/Wikileaks : L`ambassade américaine révèle des liens de Privert avec la drogue et « La Scierie »


L’Ambassade américaine révèle les liens de Privert avec la drogue et le massacre de la Scierie (Saint-Marc) et sa coopération dans l’arrestation et déportation de Jacques Kétan. Le Ministre de l’Intérieur d’alors, Jocelerme Privert aurait armé en 2004 les gangs (chimè lavalas), selon l’ex-Ambassadrice américaine à Port-au-Prince, Janet A. Sanderson dans un rapport confidentiel.

Dans un document confidentiel à être déclassifié en janvier 2019, l`ambassade américaine à Port-au-Prince, avait supprimé le visa non immigrant en 2003, pour, selon un cable de Wikileaks, « ses collusions avec des dealers de drogue et de livraison de passeports haitiens à des citoyens étrangers ».

Le 1er janvier dernier à Gonaives, Jocelerme Privert, qui se donnait lui-même un verdict de « non-culpabilité » dans l’affaire dite « massacre de la Scierie », a été contredit par un câble de Wikileaks, reproduisant le « rapport Janet A Sanderson », dans lequel est révélé son rôle actif joué au dernier moment de la fin de règne du régime Lavalas, en février 2004.

Séparément, deux câbles de Wikileaks, l’un de James Foley et l’autre de Janet A. Sanderson, ont cité le nom de M. Privert, comme l’une des vedettes de l’actualité de 2001 à 2004 sous le règne des Lavalas, achevé brusquement. Wikileaks, connu pour les documents secrets et confidentiels retrouvés, a reproduit plusieurs textes de rapport confidentiel de l’Ambassade américaine à Port-au-Prince, qui avait placé M. Privert dans la liste des « high-ranking » de l’entourage d’Aristide en 2003 dont les noms sont mêlés aux dossiers de drogue.

Le rapport revient sur l’arrestation et l’incarcération de Jocelerme Privert comme « élément suspect » dans le massacre des détracteurs d’Aristide, à la Scierie. Mais bien avant, la chute du prêtre de Saint Jean Bosco en février 2004, Jocelerme Privert, dès l’automne 2003, ne pouvait plus mettre les pieds aux Etats-Unis du fait de la révocation de son visa non-immigrant. Raisons évoquées : Privert avait des « liens avec les narcotrafiquants », lit-on dans le rapport.

Jocelerme Privert, a noté l’Ambassadeur américain Foley, était « suspect » pour son rôle direct dans des escadrons de la mort, sous le gouvernement de M. Aristide. L’ex-Sénateur de Nippes et actuel président provisoire de la République, a vu son nom mêlé aux histoires de passeports vendus à des étrangers du Middle East, en 2001.

Tous ces faits étalés sont en rapport avec les législatives d’avril 2009 desquelles Jocelerme Privert est sorti Sénateur de Nippes pour être ensuite élu (au second degré) président de la République du 14 février 2016 au 7 février 2017. Ces documents classifiés et authentiques rédigés en 2009, sont en libre consultation sur le site de Wikileaks, avec le nom de leur rédacteur, les ambassadeurs américains Janet A. Sanderson et James Foley qui les avaient fait parvenir à leurs supérieurs bien avant la tenue de ces élections.

Le document qui fait passer M. Privert pour un « Lavalas modéré » et qui s’était vu accepter dans le camp de l’ « Inité » pour se présenter aux élections législatives pour les Nippes, démontre clairement la stratégie de celui-ci pour que sa candidature ne soit pas rejetée par le CEP, en 2009. L’Ambassadeur Sanderson, dans le préambule du document, a précisé que « des indications laisseraient clairement entrevoir que Fanmi Lavalas allaient obtenir une bonne performance » et est en bonne position de rafler plusieurs sièges au Sénat, mais le parti était en débandade avec l’absence de son « leader spirituel à vie » sur le terrain à l’époque.

La scission du parti en deux comités exécutifs, avec deux branches nommément considérées par l’Ambassadrice Sanderson « dure et modérée », lisons-nous toujours dans le câble de Wikileaks, allait faciliter la difficile tâche au CEP de l`époque pour disqualifier tous les candidats de Fanmi Lavalas. Plus loin, citant la Minustha, Mme Sanderson a rapporté que « les candidats Lavalas étaient parmi les candidats en première position ». Jocelerme Privert de l’aile « modérée » du parti FL, écrit-elle, avait un « passé à questionner » [questionable past], un point qu’elle a renvoyé au débat presqu’en conclusion de son long rapport.

Cette analyse confidentielle révèle également une révélation faite, le 28 janvier 2009, par le Sénateur Lavalas Rudy Hérivaux à PolCouns que « le Palais National fait pression sur le CEP afin de brandir 2 listes parallèles pour des candidats de même parti », un prétexte, selon lui, pour exclure carrément Fanmi Lavalas de la compétition ». De son côté, toujours selon Wikileaks rapportant l’Ambassadrice Sanderson, Nawoon Marcellus, actuel Sénateur PHTK, était allé encore plus loin jusqu’à « dénoncer une conspiration par le CEP pour dissoudre Fanmi Lavalas ».

Le document n’a pas caché sa connaissance de tout le support dont jouissait Jocelerme Privert de la part de Yvon Neptune et de Cristallin qui ont essayé de construire une « base modérée » de Lavalas. En réalité, continue Sanderson, Neptune et Christallin, ont beau supporter la candidature de Privert mais, lors de l’enregistrement de sa candidature au CEP, il fut surpris de constater que Lavalas (branche Maryse Narcisse), avait déjà inscrit Serge Gaspard, pour les Nippes.

Privert se voyait obligé, comme seule chance d’être élu, de se présenter avec la bande à Préval ou « candidat indépendant », selon ce rapport confidentiel de janvier 2009 de l’ambassadrice Janet Sanderson au Département d’État dont Wikileaks a obtenu une copie.

L’actuel président provisoire (11ème point du rapport) s’était, à coté de BeIl Angelot, ancien directeur au Ministère de l’Intérieur, « résolu à armer les gangs armés (chimè) durant la dernière période de fin de règne d’Aristide », n’a pas oublié de mentionner Mme Sanderson, qui semble-t-il, était informée d’avance de la décision du CEP de 2009 d’organiser des « élections exclusives » sans Fanmi Lavalas.

Crédit: RezoNodwes

Aucun commentaire: