FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Marie Yolène Gilles jette l’Éponge à son organisation-fétiche RNDDH, ce mardi 4 avril 2017. Elle démissionne du RNDDH .

lundi 15 mai 2017

Haïti/Carburant: Hausse de 18% du prix de l'essence.



Le gouvernement haïtien a annoncé ce dimanche 14 mai une importante hausse des tarifs des carburants malgré l'impopularité de la mesure auprès de la majorité précaire des habitants, très sensible à toute inflation, une mesure destinée à contribuer à remettre les finances publiques à flot. Les ministères de l'Economie, des Finances, du Commerce et de l'Industrie ont décidé, après plus d'une semaine de négociations avec les syndicats de transporteurs, d'augmenter le prix du kérosène de 17% celui de l'essence de 18,5% et celui du diesel de 20%.

Dès l'annonce de cette mesure, qui doit prendre effet lundi, plusieurs stations essence de la capitale Port-au-Prince ont été prises d'assaut par des automobilistes espérant remplir une dernière fois le réservoir de leur véhicule en bénéficiant des anciens tarifs.

Haïti n'exporte que pour un milliard de dollars de marchandises par an alors que le coût de ses importations dépasse les trois milliards de dollars. Avec une balance commerciale si déficitaire et des rentrées fiscales insuffisantes, l'Etat haïtien est aujourd'hui même dans l'incapacité de rembourser les intérêts de sa dette au Venezuela. Haïti bénéficie depuis 12 ans du programme Petrocaribe, initié par l'ancien président vénézuélien Hugo Chavez, qui permet à plusieurs pays d'Amérique latine et des Caraïbes d'acquérir des produits pétroliers à un coût avantageux et de payer leurs factures sur 25 ans à un taux d'intérêt de 1%.

Depuis 2008, Haïti a ainsi pu bénéficier de plus de 2 milliards de dollars de prêts mais n'a pas, contrairement à la vision chaviste à l'origine du programme, investi cette somme dans des politiques à même de développer l'économie du pays et permettre le remboursement de cette dette. Les précédentes administrations n'ont pas fait évoluer le prix des carburants en fonction du prix du marché mondial car, comme Haïti importe massivement ses produits de consommation quotidienne, toute hausse des tarifs des carburants entraîne une hausse générale des prix et donc le mécontentement de la population.

En août dernier, le gouvernement du président provisoire Jocelerme Privert avait acté une augmentation des prix des produits pétroliers mais, en raison de manifestations dans la capitale et suite à une résolution du Sénat contre cette mesure, les tarifs avaient été révisés à la baisse après seulement quelques jours.

Crédit: DIASPORAMA-HAITI avec CANAL+HAITI et AFP

mardi 25 avril 2017

Les réflexions de Djeanane: Les détritus, un amas pernicieux !



               
Djeanane Arty
Cette semaine, sur les réseaux sociaux, il nous a été conseillé d`être vigilants car la conjonctivite refait des siennes à travers le pays. Décidément, Haïti est la cible de prédilection de nombreuses maladies infectieuses. Notre environnement malsain permet le développement de germes dangereux pour la santé des gens. Il nous faut l` assainir.  Quand on parle d`environnement, on pense tout de suite à l`ensemble des facteurs géologiques, pédagogiques et climatiques; l`ensemble des éléments naturels et artificiels qui constituent le cadre de vie d`un individu. De lui dépend l`état de santé d`une population. Tous ces facteurs et éléments doivent contribuer à rendre vivable l`atmosphère. Dans tous les pays dirigés par des intellectuels intègres, idéalistes soucieux du bien-être de leurs concitoyens, l`environnement occupe une place importante dans leur agenda. Des spécialistes sont chargés d`étudier les moindres changements à tous les niveaux car, pour eux, prévenir vaut mieux que guérir. Notre Haïti n`a pas la chance de bénéficier de telles attentions. Nous y vivons à nos risques et périls car comme on aime à le dire dans notre autre langue officielle : ``chak koukouy klere pou grenn je yo``. La perspicacité, les scrupules, la moralité ne sont pas des qualités qui caractérisent la plupart de nos dirigeants. À nous de nous débrouiller pour éviter les virus et épidémies qui menacent la population haïtienne. Sauve qui peut !

             Pas besoin d`être technicien pour constater que les détritus sont à l`origine des problèmes d`insalubrité d`Haïti, autrefois si propre.

             Que devons-nous faire pour éradiquer ce mal porteur de toutes sortes de germes? Les ordures sont charriées par les eaux de pluie et les eaux usées des laveurs de voitures ou des marchands qui n`ont aucune gêne, après avoir lavé leurs accessoires de cuisines ou autre, de faire leurs ablutions en pleine rue au vu et au su de tous.

              Débarrasser Haïti de ces immondices est primordial, une tâche  presque impossible à réaliser. On peut néanmoins  tout obtenir avec de la volonté et de la discipline.   Le plus important  serait  d`empêcher les eaux de pluie de dévaler des montagnes  pour aller polluer les villes et combler les égouts.  Deux solutions s`imposent : planter des arbres et creuser à flanc des montagnes des  canaux d`irrigation qui récolteront l`eau de pluie.  

                 Il nous faut avant tout des cadres de valeur motivés désirant un changement positif dans le pays. Ils devront être à la hauteur pour évaluer les directeurs des différents services responsables de la salubrité des villes et avoir assez de personnalité et de moralité pour révoquer les incompétents nonobstant leurs liens de parenté ou d`amitié.

                 Des travailleurs sociaux  conscientiseront les gens pour les obliger à se servir des bacs, des latrines et des citernes placés par la mairie. Des marchés   publics munis de douches et de WC seront aménagés dans différents quartiers.

                  Si ces suggestions sont mises en pratique et que les techniciens se mettent à la tâche consciencieusement pour débarrasser le pays de ce danger ambulant que représentent les ordures et assainir l`environnement, ce sera, a n'en pas douter, un grand pas vers le développement durable.


lundi 24 avril 2017

La situation dans le Sud d'Haiti suite aux intempéries du week-end écoulé sur plusieurs communes




Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur plusieurs départements  du pays en particulier dans le Sud les 21, 22 et  23 avril, ont causé le décès par noyade d’un septuagénaire alité, surpris par les eaux dans une maisonnette de fortune, au Bord  de mer, centre-ville de Port-Salut. Un jeune homme de 19 ans est également mort noyé à Camp-Perrin, en tentant de traverser la ravine du Sud en crue,  à moto.

Au total, 35 maisons ont été endommagées, 45 autres inondées, suivant un bilan partiel de la
Coordination Sud de la Protection Civile, de concert avec les Autorités locales. Les communes principalement touchées sont les Cayes, Port-Salut, Tiburon, Roche-à-Bateau, Cavaillon, les Anglais, Maniche, Chardonnière, Arniquet, Torbeck, Saint Jean du Sud, Camp-Perrin, Chantal et Saint Louis du Sud, où des pertes agricoles et sur le bétail ont également été enregistrées.

Par rapport à la montée des eaux sur le littoral, aussi par endroit à l’intérieur des villes, les Autorités locales ont procédé à des évacuations. A Maniche, une cinquantaine de familles a été déplacée vers les écoles nationales de Melon et Dory. De même, la Mairie de Port-Salut a  procédé à l’évacuation de quelques familles, exposées suite à un glissement de terrain dans la localité de Dumont.

Par ailleurs, les  techniciens du Ministère des Travaux Publics Transport et Communication (TPTC), poursuivent leurs interventions notamment à Arniquet, Port-Salut, Port-a-Piment et Saint-Jean du Sud  ou plusieurs tronçons de routes ont été affectés à différents niveaux.  Cinq cent (500) familles ont bénéficié de kits alimentaires dans la ville des Cayes et ses environs et  200 bâches ont été distribuées dans un camp  à Cavaillon à des familles en difficulté
.
Compte tenu de la persistance des  précipitations  encore  attendues sur le pays durant les prochaines 24 heures, notamment sur  la Grande Anse, les Nippes, l’Ouest, le Sud-est et le Centre, les habitants des zones à risques, en  particulier, doivent rester vigilants et  mettre en application les consignes  usuelles de sécurité, en cas  de fortes pluies et d’orages. Aussi, il est formellement  interdit de traverser les rivières au moment des crues.


mercredi 19 avril 2017

Groupe de Travail et de Réflexion sur la Reconstruction du bâtiment historique du Palais National



Le Président Jovenel Moïse, accompagné du Premier Ministre, Dr Jack Guy Lafontant, a procédé ce mercredi 19 Avril 2017, au Palais National, à l’installation du Groupe de Travail et de Réflexion sur la Reconstruction du bâtiment historique du Palais National.

Ce Groupe, composé de : M. Clément Bélizaire (Coordonnateur), M. Georges Michel, M. Daniel Elie, M. Patrick Durandis, M. Patrick Delatour, Mme Sabine Malebranche et M. Yvan Pinchinat (membres), travaillera de concert avec le Ministère des Travaux Publics, Transport et Communications (MTPTC) et l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics (UCLBP).

Avec un mandat de 90 jours, le Groupe est chargé de coordonner les activités devant aboutir à la reconstruction du bâtiment historique du Palais National. 


Il a pour mission de :
  1. Retrouver et analyser le plan architectural de l’ingénieur Georges BAUSSAN ;
  2. Elaborer la feuille de route pour la reconstruction du Palais National ;
  3. Organiser le débat d’orientation et le concours pour définir le parti architectural pour la construction du Palais ;
  4. Définir le plan, le programme et élaborer les termes de référence de l’étude de la reconstruction du Palais ;
  5. Informer les citoyens, les médias, les organismes publics et la société civile de toutes les activités entreprises dans le cadre de la reconstruction du Palais National.

En présence des Président et Vice-président de l’Assemblée nationale, Honorables Youri Latortue et Cholzer Chancy, du Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me Jules Cantave, d’anciens Chefs d’État haïtiens et de représentants de diverses entités de l’État travaillant dans le secteur de la construction, le Chef de l’État a rappelé la valeur historique, culturelle et symbolique du Palais national et le sens de sa reconstruction. Il croit que ce nouveau Palais National doit faire le lien entre l’histoire, la culture et l’avenir de la nation.

Trois conditions essentielles devront être prises en compte dans la conduite des travaux de reconstruction du Palais, selon le Président Jovenel Moïse :

  1. Ces travaux doivent permettre aux citoyens, universitaires, experts, architectes et ingénieurs du pays et de la diaspora d’alimenter les réflexions afin d’avoir un Palais National qui répond aux préoccupations architecturales et esthétiques de l’Etat ; 
  2. Dans le cadre de cette reconstruction, les experts doivent tirer toutes les leçons du séisme du 12 Janvier 2010 et être vigilants afin de prendre en compte toutes les normes de sécurité en matière de construction ; 
  3. L’architecture du Palais a fait rêver plusieurs générations. Il est nécessaire de reconstruire les façades extérieures du Palais à l’identique. Mais à l’intérieur, il y a lieu d’avoir de nouveaux accommodements qui permettent de répondre aux besoins des organes et des services de la Présidence de la République tout en respectant les normes modernes de construction d’un bâtiment public.

Le Chef de l’Etat a annoncé la mise sur pied de comités d’initiative sur le réaménagement et la reconstruction des centres historiques de toutes les grandes villes de la République, prioritairement le centre historique du Cap-Haitien et toutes les villes du Grand Sud dévastées en support aux Autorités Publiques d’Aménagement du Territoire nouvellement créées seront mis en place.

Le Président de la République, Jovenel Moïse, croit que la reconstruction du Centre-ville de Port-au-Prince, demande des compétences pointues dans différents domaines du savoir. Les compétences locales et de la diaspora seront mobilisées.