lundi 12 décembre 2016

Poésies/Québec/Haiti/Diasporama: Ces deux Compères !

« Ces deux Compères »
I
Le jour où le sieur Ignorance
Rencontra son ami Arrogance
Ils devinrent aussitôt des frères
Et deux inséparables compères


II
Enfin nous faisons connaissance
S’exclama le sieur Arrogance
Vous êtes la référence
Répliqua Ignorance
Et c'est sur ce ton enjoué
Que débuta leur complicité


III
Ils décidèrent de s’entendre
Et même sans bien se comprendre
Assurés que pour être les maîtres
Il suffit seulement de bien paraître


IV
Arrogance se bomba le torse
Et dit qu’il n’y a pas d’entorse
À ce qu’après tout la vérité
Soit de temps à autre bafouée


V
Alors compère Ignorance
Lui fit une belle révérence
Évitant toute concurrence
Ils cultivèrent la confiance
Qui sied aux inséparables
En tous points comparables


VI
Arrogance pensait que vouloir
C’était évidemment pouvoir
Ignorance ne se fit point prier
Pour acquiescer et s'y rallier


VII
Ils se complétèrent tant et si bien
Entre eux il y a si peu de freins
Qu’ils se croyaient sur le point
De reconquérir leur monde
Un peu partout à la ronde


VIII
Et avec tout ce qui se passe
Hé oui ça passe ou ça casse
L'intelligence est en veilleuse
Et l'humanité très malheureuse
-----------



Crédit: Me. Serge H. Moïse (SHM) av.

1 commentaire:

Freud Voltaire a dit…

En signe d'appreciation je me permettrai de partager avec vous ce joli poeme d'Emily Dickinson.

I DIED for beauty, but was scarce
Adjusted in the tomb,
When one who died for truth was lain
In an adjoining room.

He questioned softly why I failed?
“For beauty,” I replied.
“And I for truth,—the two are one;
We brethren are,” he said.

And so, as kinsmen met a night,
We talked between the rooms,
Until the moss had reached our lips,
And covered up our names.