FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Louis-Philippe Dalembert, lauréat 2017 du Prix France Bleu .

jeudi 22 décembre 2016

Haïti/Politique : Moise Jean Charles, le nouveau leader de l’opposition haïtienne

« S'il existe une classe politique en Haïti, nous nous devons de la mesurer à l'aune de la solidarité avec Jean-Charles Moïse face à l'Empire. »
(Alin Louis Hall)

Moise Jean Charles
Hier, une station de radio très prisée de la capitale a annoncé que le visa américain du candidat à la présidence Moise Jean Charles est révoqué. Aucune raison n’a été donnée pour cet état de fait. Depuis cette annonce, les rumeurs vont bon train. D’un côté, les adversaires de l’ancien sénateur du Nord jubilent ; de l’autre côté, des Haïtiens ayant le flair patriotique expriment à vive voix leur indignation. L’Ambassade Américaine en Haïti est le principal patron de nos acteurs politiques. Cette décision qui est caractérisée de politique par plus d’uns n’étonne plus puisque depuis plusieurs années, le sénateur Moise Jean Charles s’érige à juste titre en défenseur de la souveraineté nationale. Il ne cesse de dénoncer les tractations des diplomates américains sur le terrain pour s’approprier de nos ressources minières. Avec son discours politique axé sur l’idéal dessalinien, la classe des affaires est tout à fait remontée contre lui. La révocation du visa américain du sénateur Moise peut être perçue comme une tentative d’intimidation. Le secteur progressiste qui n’avait pas de doute sur le rôle des Américains dans le processus électoral peut faire le constat que les Américains sont toujours en contrôle. En moins de 24 heures, le nom de Moise Jean Charles résonne un peu partout et les notes affluent sur les réseaux sociaux. La cote de popularité de Moise Jean Charles prend une ligne ascendante et le leader de la Plateforme Pitit Dessalines doit se positionner pour tirer son épingle du jeu.

2016 a été une année révélatrice et bien de masques sont tombés. Nous avons pu évaluer la classe politique, démasquer les faux prophètes et cerner le vide de leadership qui est patent au sein de la société haïtienne. Le nom du sénateur Moise Jean Charles a été omniprésent sur la scène nationale durant les douze mois de l’année. Moise Jean Charles devrait applaudir la décision de l’ambassade américaine et saisir cette opportunité pour toucher une plus grande audience et rallier plus de sympathisants à la noble cause qu’il dédie sa carrière politique. Les Américains ne prennent jamais de décision sans analyser l’impact. Ils veulent à tout prix neutraliser le leader de la Plateforme Pitit Dessalines qui se révèle être un adversaire corsé et dur à abattre. Le message et la vision de Moise Jean Charles ont fait leur petit bonhomme de chemin et dérangent bien le patron de l’oligarchie répugnante haïtienne. Comme le répète souvent le sénateur, un visa est un privilège accordé qui peut être repris à tout moment. Cela ne saurait affecter l’humeur du valeureux combattant. Au contraire, la décision de l’Ambassade Américaine peut jouer en faveur de Moise Jean Charles et le placer comme le nouveau leader de l’opposition haïtienne. Comme le souligne le militant Assad Volcy, il y a un véritable matraquage psychologique et un lynchage médiatique ciblant les militants et dirigeants politiques qui rêvent d’une autre Haïti. Moise Jean Charles n’est pas exempt de ce matraquage et lynchage.

Moise Jean Charles a reçu un cadeau de la part des Américains qui par leur maladresse finiront par le propulser au sommet. Personne ne peut questionner la motivation du camarade Moise Jean Charles. A entendre certains leaders politiques et militants même maculés, il est l’un des politiciens honnêtes en Haïti. Et sa conviction est inébranlable. L’ex sénateur du Nord a du pain sur la planche. Il doit chercher à combler le vide de leadership au sein de l’opposition haïtienne. Il doit renforcer son parti politique en intégrant des jeunes et des cadres de la classe moyenne. J’ai été surpris de voir en un laps de temps, Moise Jean Charles a pu mettre sur pied une plateforme et s’entourer de gens capables et dévoués. Quand je vois des têtes comme Dumarsais Simeus, Gracien Jean, Gérard Marie Tardieu, pour ne citer que ceux-là, je sens qu’il y a une volonté réelle de faire avancer la barque nationale. Il est presque plausible que la bourgeoisie myope finira par imposer son poulain Jovenel Moise. Au cas où cette prévision se matérialise, le sénateur Moise Jean Charles doit s’armer de courage pour continuer la lutte. Les mouvements ayant un impact durable sur la société prennent du temps pour s’épanouir. Nous savons que dans l’état précaire que vivent les Haïtiens, il est très difficile pour un leader progressiste sans support financier de porter le peuple à changer sa condition matérielle d’existence. Les thuriféraires assujettissent la masse à voter pour un plat de riz chaud et mille gourdes. Un leader progressiste qui réfute cette stratégie aura du mal à convaincre la population et doit être très persistant. Aujourd’hui, on veut nous vendre un homme de paille comme un leader d’exécution. Mais, on ne se laissera pas faire. La majorité silencieuse est prête à se battre même dans son silence pour imposer sa voix. Le momentum est en faveur du sénateur Moise Jean Charles et durant les cinq années à venir, il devra continuer à faire preuve de résilience, articuler sa vision de façon claire et concise, porter la majorité silencieuse à faire de nouveaux bonds en avant. Il y va de son leadership. Avec une équipe solide comme celle qui l’a supporté durant la campagne électorale de 2016, le sénateur Moise Jean Charles finira par s’imposer comme leader de l’opposition haïtienne et pourra bien faire la différence en 2021.

Je souhaite de tout cœur que le sénateur Moise Jean Charles aura la clairvoyance de s’écarter des flatteurs et de s’entourer de gens qui n’auront pas peur de lui dire la vérité qui dérange. Le leadership responsable se construit. Il y a des hommes qui sont nés courageux et fougueux, mais tout de même pour imposer leur leadership, il se doit de composer avec d’autres et faire preuve de grande intelligence et d’une capacité hors pair de rassembleur. Je crois fermement que le sénateur Moise Jean Charles est assez doué pour faire l’unanimité au sein de la société haïtienne. Mon souhait pour le sénateur en cette fin d’année est qu’il prenne du recul pour faire le bilan de sa lutte politique et se résoudre à aller de l’avant en suivant les conseils de ses proches et en tirant profit des critiques de ses ennemis. Prépare-toi Sénateur Moise Jean Charles à assumer ce nouveau leadership. Que cette saison festive puisse te servir de tremplin pour continuer à réfléchir sur la condition de nos frères et sœurs vassalisés qui doivent vivre leur humanité.


Credit: Kerlens Tilus, 22 décembre 2016

Snel76_2000@yahoo.com

Aucun commentaire: