FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Louis-Philippe Dalembert, lauréat 2017 du Prix France Bleu .

vendredi 18 novembre 2016

Haïti/Rétrospectives : Le parc d'enfants

Claude Dambreville
Je présume que beaucoup de gens ont gardé un délicieux souvenir du Parc D'enfants. Quand on évoque ce site inoubliable d’autrefois, ce sont des couleurs fraîches et vives que l'on revoit tout d'abord : du bleu, du rouge, du jaune, et du vert.

Toutes les attractions de ce modeste parc étaient fabriquées en bois, et impeccablement peintes : la Grande Roue ( à la vérité, pas tellement grande), des petits sièges tournants ou volants, des glissoires sublimes, un gentil carrousel ou manège, etc.

Pour mes jeunes lecteurs, j'aurais voulu situer cet agréable "Parc D'enfants", mais cela n'est pas facile, compte tenu de la disparition d'un important point de repère, soit les vertes Tribunes du Champ de Mars. Pour simplifier, disons que ce sympathique lieu de rendez-vous dominical des enfants de toutes les conditions, avoisinait le Rex-Théâtre, et le Musée d'Art du Collège St Pierre, cet établissement ayant été érigé longtemps après le démantèlement du parc en question.

N'ayant jamais connu d'autres terrains de divertissements plus sophistiqués que leur familier Parc d'Enfants, les garçonnets et fillettes éprouvaient un bonheur inouï à se faire accompagner chaque dimanche à ce charmant endroit au coloris si joyeux.

L'attraction préférée des enfants de cette époque était indubitablement la Grande Roue. Quand toutes les places de ce plaisant appareil artisanal étaient finalement occupées par toute une marmaille impatiente, tumultueuse, et heureuse, le décollage pouvait s'effectuer. Une mise en mouvement qui ne nécessitait aucune aide motorisée. Les bras musclés et puissants d'un haltérophile de service imprimaient aisément un mouvement rotatoire à l'original véhicule circulaire. Et, après cinquante tours bien comptés, ponctués de frais et perçants braillements angéliques, la roue s’immobilisait, et les petits passagers mettaient pied à terre, ivres de tournoiement et de plaisir.

Et ce fut ainsi que, de dimanche en dimanche, le Parc D'enfants procura des heures merveilleuses et pleines d'allégresse à la population enfantine de Port-au-Prince. Malheureusement, le bonheur est trop souvent éphémère. Au fil des mois, impitoyablement et inexorablement, des pluies abondantes et persistantes avaient fini par pourrir et ronger les appareils en bois de ce petit paradis, qui cessa desormais de fonctionner, pour graves causes d'insécurité. Et, ( pour reprendre une tournure de Guy de Maupassant ) , ce fut alors dans le coeur des enfants de Port-au-Prince, comme une pluie de chagrin, et une inondation de désespoir.


 Crédit : Claude Dambreville

Aucun commentaire: