FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Louis-Philippe Dalembert, lauréat 2017 du Prix France Bleu .

dimanche 13 novembre 2016

Haïti/Québec : Des lendemains qui chantent.


Serge H. Moïse
L’être humain est doté de cette capacité d’espérer même lorsqu’il semble avoir atteint le point de non-retour, ce qui explique, ne serait-ce qu’en partie, que la délinquance et le taux de suicide ne soient pas plus répandus à travers le monde.

Il serait difficile de faire une énumération exhaustive de toutes les catastrophes, guerres, désastres naturels, épidémies de maladies mortelles qui ont jalonné le parcours de l’homme sur cette minuscule planète. Encore faut-il souligner que le plus grand prédateur dans cette jungle, c’est encore l’homme, lequel, par son avidité caractérielle n’est jamais rassasié, oubliant ou ignorant que « la meilleure façon de dominer la nature c’est d’obéir à ses lois ».

Dans le temps on s’en remettait à la volonté des dieux dont on implorait la clémence à partir d’une multitude de rituels. Aujourd’hui avec les percées fantasmagoriques de la science, la magie de la technologie moderne, la diffusion des connaissances les plus pointues, comment expliquer que la qualité de vie, même dans les pays dits civilisés soit, à bien des égards, à peine supérieure à celle du moyen âge?

Nonobstant les moyens de communication sophistiqués à notre disposition, la solitude à elle seule, fait d’innombrables victimes. Les revues spécialisées nous apprennent que la prescription de médicaments antidépresseurs connaît une poussée exponentielle. Les pathologies dues au stress se multiplient et les médecines modernes combinées aux différentes thérapies dites douces se révèlent impuissantes dans bien des cas. Les fonds pour la recherche ne cessent de s’accroître entretenant tous les espoirs mais tout porte à croire qu’il va nous falloir aiguiser notre patience, encore et encore!

Ne devrions-nous pas réorienter nos recherches de sorte qu’au lieu de nous attaquer aux symptômes, avec des palliatifs qui ne sont, en bout de ligne que des placebos afin de revenir aux valeurs cardinales à partir desquelles nos grands-parents ont pu vivre heureux, longtemps et avoir beaucoup d’enfants?

La famille, l’école, les communautés, les gouvernements et même les religions semblent avoir changé de vocation. Il n’y a plus de repère, de modèle ou encore, il y en a une telle profusion qu’il devient de plus en plus difficile de trouver un consensus tant au niveau familial que sociétal.

Ce phénomène se constate un peu partout et le professeur Gaston Marcotte de l’Université Laval à Québec, appuyé en ce sens par le philosophe Edgard Morin, ont décidé de créer le « Mouvement Humanisation » afin d’attirer l’attention de tous sur ce danger qui nous pend au nez et lui trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard. Le « Mouvement Humanisation » considère que le sous-développement humain est la principale cause de l’ignorance, de la pauvreté et de la misère.

Les méthodes d’enseignement à tous les niveaux sont remises en question dans la perspective d’offrir aux nouvelles générations une éducation humanisante en rupture avec la robotisation, c'est-à-dire, la spécialisation à outrance, le cloisonnement des connaissances qui entrave toute tentative de synthèse permettant d’appréhender les problèmes dans leur globalité en tenant compte des nuances et spécificités y relatives.

Il est devenu impensable aujourd’hui d’envisager l’avenir en marge de l’évolution technologique, n’empêche qu’il faille toujours garder à l’esprit que cette dernière doit être au service de l’homme et non l’inverse.

Ceci étant dit, n’en déplaise à ceux qui ne jurent que par le modernisme, incapables de toute analyse en profondeur, aveuglés par le spectaculaire et le superficiel, le temps est venu pour tous les locataires de cette planète d’effectuer un sérieux examen de conscience, un véritable état des lieux afin d’éviter la faillite de la race humaine.

Dans les pays dits avancés, engoncés dans le post-modernisme, la lutte sera féroce car les intérêts en jeu sont d’une telle énormité que les forces d’argent vont résister jusqu’à friser une nouvelle catastrophe plutôt que d’amorcer ce virage au nom de la raison et de la sagesse des peuples.

Toutefois les pays du tiers-monde et ceux en émergence pourraient donner le ton.

En Haïti par exemple où tout est à refaire : réforme judiciaire, création de millions d’emplois, lutte contre la corruption, éducation humanisante pour tous, revalorisation de notre haïtianité, promotion d’une culture de solidarité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du terroir, l’exemple pourrait être donné comme ce fut le cas en mil huit cent quatre.

Ainsi, et pour la première république nègre et pour le reste de la planète, loin des fracas de la ferraille, des luttes sans grandeur et fratricides, réalisant que l’argent n’est et ne sera jamais comestible, saurions-nous envisager des lendemains meilleurs, des lendemains qui chantent.




Crédit : Me Serge H. Moïse av. Barreau de P-au-P.

Aucun commentaire: