FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Louis-Philippe Dalembert, lauréat 2017 du Prix France Bleu .

jeudi 4 février 2016

Position du Collectif ‘‘ISLEÑO’’ face à la crise politique haïtienne.

N.D.L.R.- Ce courrier, soumis à la Rédaction de CANAL+HAITI, le jeudi 4 février 2016, est une réflexion qui fixe la position du collectif ‘‘ISLEÑO’’ concernant la crise politique haïtienne actuelle, découlant du fiasco électoral des 9 aout et 25 octobre 2015.
Le CI  regroupe des jeunes étudiants Haïtiens, Dominicains d’origine haïtienne et des Enseignants de la République Dominicaine qui se veulent de prévaloir des idéaux de liberté, d’égalité, de justice, de fraternité et de solidarité entre les deux parties de l’île. 
Le collectif agit portant toujours comme objectifs de promouvoir des valeurs humanistes, internationalistes, progressistes pour une société démocratique, libérée de l’exploitation impérialiste et toutes autres formes d’exploitation et de domination. Il se dit contre les discriminations de toutes sortes, le racisme, la xénophobie et toutes formes d’exclusions.
 Par conséquent, se sentant concerné par la crise politique haïtienne, le « C.I. » qui est basé en République Dominicaine, rend public le document suivant :
La situation que vit actuellement la nation haïtienne remonte aux différentes périodes de pillage, d’exploitation, de colonisation, d’interventions militaires des yankees, des dictatures criminelles et des gouvernements corrompus sous lesquelles elle a été soumise.
La domination des différents pays et des gouvernements impérialistes sur Haïti, l’intervention militaire de la MINUSTAH, la présence permanente de l’OEA, de l’ONU, des personnalités funestes comme Bill Clinton et des organisations opportunistes qui vivent du drame haïtien, accélèrent l’instabilité institutionnelle dans la terre de Dessalines et Louverture.
L’absence d’institutions solides, le caractère déloyal de la bourgeoisie haïtienne, l’absence de leadership des ouvriers, paysans, jeunes, de la masse populaire de gauche font partie de cette réalité.
Tous ces facteurs interagissent et sont les causes pour lesquelles Haïti vit une  crise politique récurrente, laquelle, ceux qui sont au pouvoir exploitent pour justifier la nécessité des troupes militaires étrangères et des appareils politiques impérialistes, qui font leur va-et-vient sur le territoire haïtien comme s’il était leur propriété. Ils Développent l’idéologie qu’ «Haïti est un État défaillant» et qu’en tant que nation est ingouvernable, pour pouvoir justifier le contrôle de son territoire, ses institutions politiques et sociales.
En revanche, le CI estime qu’Haïti ne peut obtenir la moindre stabilité politique si les troupes militaires de la MINUSTAH ne se retirent pas et que l’OEA, l’ONU, la Banque mondiale, le FMI et autres n’enlèvent pas leurs mains du territoire haïtien. Tant que les pays, et les gouvernements impérialistes sont ceux qui financent, contrôlent et surveillent les différents processus électoraux pour installer dans les diverses branches de l’État des marionnettes placés inconditionnellement à leurs services.
Le Collectif  »ISLEÑO » estime que la première chose que les travailleurs, les secteurs populaires et progressistes en Haïti  doivent atteindre c’est de, «construire une nation haïtienne socialement juste, économiquement libre et politiquement indépendante», comme le préambule sa Constitution. Ceci est une condition préalable pour Haïti de se consacrer à un processus d’institutionnalisation et de progrès.
Par conséquent, nous nous tenons aux côtés des secteurs opposés à tout type de sortie de Salomonique de la crise actuelle,  comme le serait un « gouvernement provisoire ».
Nous nous opposons à la continuité du gouvernement de Martelly au pouvoir,  à la présence de la MINUSTAH en Haïti, à l’intervention de l’OEA, de l’ONU, Bill Clinton et d’autres gouvernement américain et l’Union européenne.
Nous nous opposons également aux «élections» autant qu’Haïti continue d’être un pays militarisé par des troupes étrangères, et que les nations  et gouvernements impérialistes financent le processus électoral comme un instrument de contrôle politique et social.
Par conséquent, nous mettons uniquement notre confiance sur les travailleurs, les paysans, les secteurs populaires, les groupes de jeunes étudiants et personnalités progressistes d’Haïti, pour que ce soit eux qui prennent entre leurs mains cette capacité de mobilisation démontré par les masses haïtiennes et de diriger le processus actuel de lutte et de combat sur le chemin de l’indépendance et de la souveraineté nationale afin de construire leur propre gouvernement politique.
Nous appelons à ce qu’ils ne se laissent pas berner par des «chansons de sirène». Ces secteurs doivent se mettre d’accord afin que tout soit fait uniquement pour le bien du peuple haïtien.
Comme étant un Collectif Insulaire, nous faisons aussi appel aux organisations et personnalités de la République dominicaine qui ont toujours manifesté leur solidarité avec le peuple haïtien, qui ont soulevé la bannière de la lutte pour la défense des travailleurs braseros, des migrants haïtiens, des Dominicains d’origine haïtienne condamnés à l’apatridie, à exiger du gouvernement dominicain «d’enlever ses mains de la crise Haïtienne»,  d’arrêter les déportations contre les immigrés de la République dominicaine et de cesser la répression militaire dans les différents postes frontaliers.

Par le Collectif ‘‘ISLEÑO’’:
Regine Charles,
Yesibon Reynoso,
Euclides Cordero Nuel,
Rafael capellán,
Luís Adames,
Hugo Cedeno,
Heidy Duran

03 février 2016
Santo Domingo, República Dominicana



Atentamente,

COLECTIVO ISLEÑO


« Igualdad de Derechos para tod@s./ L’Egalité de droits pour tous. »

Telefonos de Contactos: (829 543 7497) (829 664 9009) (829 605 8470)

Aucun commentaire: