FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Marie Yolène Gilles jette l’Éponge à son organisation-fétiche RNDDH, ce mardi 4 avril 2017. Elle démissionne du RNDDH .

samedi 27 février 2016

Les stratagèmes du PHTK !

Claude Joseph
Ils veulent avoir et le beurre et l’argent du beurre. Trop facile. Faites parler vos « E » muets messieurs, vos réalisations sautent aux yeux. Apres avoir, comme des vautours inassouvis, desséché les finances publiques du pays, maintenant apeurés d’une reddition de comptes, au lieu de se filer doux, vous préférez ajouter l’insulte à l’injure comme si la société haïtienne était une paroisse avec des sujets ne devant qu’obéir à vos ordres injustes et incestueux. Vos agissements à l’occasion de l’investiture du nouveau premier ministre nommé prouvent qu’il vous faut du temps pour étancher votre soif. Comme vous êtes cupides ! Attendez vous que vos ventres se déchainent à travers vos nez et vos bouches pour arrêter cette impudicité et ce stupre ? L’indigestion résultant de l’avidité peut être grave pour la santé, le saviez vous ?
De vos ambitieuses promesses, vous n’avez rien réalisé pourtant vous avez fait école, une réalisation quand même, au risque de me contredire. Vous avez des convertis, des chantres et des maitres chanteurs qui font office de vrais thuriféraires du régime. Vos avez pendant 5 ans rien réalisé pour consolider l’Etat de droit, un de vos cinq « E », sauf vos deux tragédies électorales ; maintenant, sans scrupule, vous nous faites la morale. La constitution est désormais votre référence, l’instrument contre laquelle vous mesurez les actions des autres. Pour qui vous prenez-vous ? Et nous, des imbéciles ? En tout cas, vos invectives, vos insultes qui n’ont épargné personne pendant ces cinq dernières années ont longtemps tiré beaucoup de leur léthargie convertissant même les moins intéressés à la politique en de véritables gladiateurs. Malheureusement, aucune chirurgie ne peut extraire votre héritage dans la mémoire collective, mais cette expérience doit servir de leçons à tous. Il vous faut rendre des comptes messieurs.


Credit: Claude Joseph

Érick Charles, de l'enfer au paradis

Érick Charles est mort. Un accident vasculaire cérébral (AVC) a eu raison du chanteur vedette de Mizik Mizik ce matin à 9 h 45. Les médecins de l’Hôpital Bernard Mevs l’avaient débranché à 9 h 24 parce que sa mort clinique était déjà constatée. L’interprète de « Ban m fènwa mwen » est parti seul, tranquillement, environ vingt minutes plus tard.

 Les rumeurs, avant la confirmation de Jean Robert Charles, frère aîné d’Érick Charles, avaient enflammé la toile dès 6 h du matin. À ce moment-là, l’artiste était encore en vie. 
Agonisant, luttant contre la grande faucheuse, mais en vie. Les internautes, comme certains médias, étaient probablement plus intéressés à annoncer sa mort qu’un quelconque rétablissement, ce qui n’aurait fait aucun « buzz ». Déjà en 2013, de fausses rumeurs avaient circulé sur une probable mort de l’artiste après sa crise d’hypoglycémie. Curiosité morbide, quand tu nous tiens... 

Érick Charles avait la santé fragile depuis 2013, quand il a été hospitalisé à la suite d’une crise d’hypoglycémie causée par des complications liées à une cardiomyopathie virale. L’assassinat récent d’un autre frère de l’artiste l’avait davantage fragilisé. 

La douleur des musiciens de Mizik Mizik est incontestablement immense. La mort vient en effet de frapper aux portes d’une amitié et d’une collaboration qui ont duré plus de vingt ans. C’est un frère qui est parti. Sans crier gare. 

« Chères amies, chers amis, « L’Éternel a donné, et l’Éternel a ôté; que le nom de l’Éternel soit béni ! » Nous souffrons terriblement de la perte ce matin de notre frère Érick Charles. Un vide impossible à combler dans nos vies. Que la terre lui soit légère, Que Dieu lui réserve une place de choix à sa table. Nous sommes très touchés par toutes vos marques d'affection. Merci. » Tels sont les premiers mots de Fabrice Rouzier, maestro de Mizik Mizik, pour dire adieu à son lead vocal et ami. 

Belo, aujourd’hui une grande voix de la musique francophone, doit beaucoup à Érick Charles et à la bande à Rouzier à ses débuts. S’il a, depuis, volé de ses propres ailes, l'artiste est reconnaissant de tout ce que cette collaboration, tout particulièrement Éric Charles, lui a apporté. Il ne rate jamais une occasion de le rappeler, aujourd’hui plus encore. Au micro d’une journaliste de Radio Quisqueya, le chanteur a expliqué qu’il avait énormément de peine. Les mots qu’il lui a dédiés sur son mur Facebook: « Erick Charles Frè'm, Nen pran kou, Je kouri dlo. Map sonjew pou lontan ankò. Ke bondye resevwa'w nan wayòm li. # BelO ». Keke Bélizaire, pour sa part, est encore trop affecté pour faire de déclarations à la presse, a expliqué Liliane Pierre-Paul au journal de 4 h.

 L’aventure Érick Charles-Mizik Mizik a commencé dans les années 90. Il remplaçait à l’époque Emmanuel Obas, lead vocal, qui quittait le pays. Son passage à Siwo de Miragoâne puis à Dipi Express allait révéler le talent du chateur d’Ayizan, avant que celui-ci ne rejoigne le duo Keke-Fabrice. Les trois, avec les autres musiciens, n'allaient plus se lâcher. La génération des trentenaires et quarantenaires d’aujourd’hui se souvient sans nul doute des albums Paradi nan lanfè, Blakawout qui avait enflammé les ninety’s. 

Avec Érick, Mizik Mizik allait d’ailleurs être le seul véritable concurrent de Sweet Micky, autre groupe compas phare d'alors. La polémique entre les deux leaders allait finir par baisser considérablement au fil des ans, notamment durant le mandat de Michel Martelly, maestro et chanteur de Sweet Micky. L’ex-président haïtien a d’ailleurs fait une publication sur son mur Facebook en signe de sympathie : « Je salue le départ pour l'au-delà de mon frère musicien Éric Charles. Mes sympathies à la famille et au secteur de la musique haïtienne particulièrement au groupe MizikMizik. #MizisyenSeYonSèlKodFanmi». 

Le 13 févier dernier, Érick Charles était sur scène avec le groupe. C’était la veille de la Saint-Valentin, lors d’un concert pour les amoureux avec le duo Orlane- Éric Virgal. Il n’avait sûrement pas prévu de mourir moins de quinze jours plus tard. Pourtant, sans le savoir, il a fait ses adieux au public qu’il a tant chéri toutes ses années, et qui le lui a toujours bien rendu. Ce fut là son ultime marque d’amour.


CréditPéguy F. C. Pierre



Par la petite porte K-Plim est entré…et par là il est sorti.

C’est vraiment bizarre d’entendre le chant du cygne de K-Plim revendiquant une certaine légitimité institutionnelle par le rejet des conditions d’accession de Fritz A. Jean à la primature. Comment K-Plim est-il parvenu au bureau de la primature? On se souvient qu’il faisait partie d’une commission soi-disant présidentielle dont le but avoué était de calmer les esprits autour de gouvernance de Laurent Lamothe mais avec objectif prédéfini de mettre ce dernier hors d’état de nuire.
Et bingo! l’heureux élu QUI A AUSSI PARTICIPÉ aux travaux de la commission c’est Évans Paul lui-même! Situation copiée-collée qui s’applique au cas de Jocelerme Privert. Il n’y avait pas de parlement (1/3 effectif et non fonctionnel) pourtant, il a occupé ce poste sans l’aval du peuple et du parlement…Alors? Pourquoi ce qui a valu pour lui (sans aucune constitutionnalité) ne le serait pas pour un autre puisque nous nageons en pleine illégalité…
En Haïti, l’histoire ne fait que se répéter. Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets dans les mêmes circonstances, on comprend mal la rebuffade de K-Plim qui soutient que sa décision de ne pas assister à l’installation de son successeur se justifie par une sorte de morale politique dont il a oublié de faire preuve lors de sa nomination. Tous les gestes et actions politiques présents au pays sont posés en-dehors de la constitution et basés sur des accords qui pourraient eux – mêmes être remis en question. Nous sommes dans une situation d’illégalité, d’ingérence et de torpillage politique depuis mai 2011. La confusion vient du fait que nos hommes et femmes politiques ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et au fond de leurs poches. Ils jouent au yo-yo à être in and out de la constitution au gré de leurs intérêts.
Cette sortie s’apparente plutôt à l’expression d’une frustration purement humaine mais non réfléchie politiquement. Lorsqu’on regardait K-Plim sourire aux anges en réponses aux inepties et dérives de son chef on comprenait déjà que sa conscience nationale d’antan avait été noyée dans le flot des per diem. Il n’a plus l’autorité morale de définir ce qui est légal, inconstitutionnel ou non puisque son mandat ayant été initié et mené comme il l’a été.
Arrêtons la démagogie. Haïti est aux limites de la légalité en matière de droit constitutionnel, le peuple haïtien est aux limites du supportable, livré à lui-même à tous les niveaux. Le Président Privert est PROVISOIRE son premier ministre aussi, avec une mission bien définie. Présumons qu’ils sont de bonne foi et avançons. Il est important de comprendre la logique même du processus en cours. Haïti est encore FRAGILE. Les haïtiens sont encore à risque.
Dernièrement, on a vu un défilé d’hommes en vert -olive qui se réclamaient d’anciens militaires. L’un d’eux a été lynché sous les yeux du public. Le ministère de la défense s’est contenté d’une note niant l’appartenance du malheureux au corps des anciens militaires. Mais, cela ne répond guère aux inquiétudes du simple citoyen livré à la merci de divers groupes armés. Le nouveau gouvernement devra répondre à certaines questions importantes: QUI est le répondant de ce commando? QUI le finance? À QUI il obéit? Qui lui a donné les motos, les uniformes, les armes pour défiler dans les rues À LA BARBE DE LA POLICE NATIONALE? POURQUOI cette dernière n’a pas réagi face à ces hommes armés?
Que chacun prenne ses responsabilités en ce temps de crise pour éviter de mettre de l’huile sur le feu. K-Plim a promis des choses COMPOSÉES ET DÉCOMPOSÉES dans un futur chaos. Ces paroles prononcées par le K-PLIM que nous connaissons peuvent vouloir en dire d’autres…Parlons-nous du retour des bombes en tuyaux de fonte remplies de KLOUGAGIT qui éclataient dans les marchés publics et les taptaps? Des nouveaux cadavres ou d’autres en décomposition déposés sur les trottoirs? Allons-nous assister à de nouvelles flambées de violences télécommandées dont la remontée de l’insécurité serait en prélude?
Au fait, la nomination de Jocelerme Privert ayant eu lieue dans la nuit du 6 au 7 et son installation l’après-midi du 7 février, QUI était responsable du protocole? Nous avions été choqués de voir KPlim debout dans la cour avec ses ministres. Mais QUI en est responsable?Et s’il fallait comparer KPLIM et Fritz Jean au niveau des compétences…il n’y aurait pas beaucoup d’éléments à part qu’ils sont Haïtiens et de sexe masculin..
Enfin, K-Plim seul le sait.
Cependant, pour les millions d’Haïtiens qui n’ont pas de visas, ni de fonds planqués dans les banques étrangères, pour ceux dont les enfants perdent des années d’études suites aux dilatoires politiques de notre « très » chère classe dirigeante sans pudeur, malgré les accrocs constatés aux accords, il faut mettre de côté les animosités individuelles et de partis et voir ensemble le peu qu’on puisse mettre de soi afin de sauver ce qui peut encore l’être.
Kouto w ranmase nan gran chimen si nan gran chimen w pedi l…
Crédit: Madeleine Bégon-Fawcett

vendredi 26 février 2016

Fritz Jean a été investi de ses fonctions, comme Premier Ministre.

La cérémonie d’investiture du Premier ministre nommé par le président provisoire s’est déroulée comme annoncée ce vendredi 26 février 2016 dans les jardins du Palais national, avons-nous appris à la rédaction de VBI.
 Après avoir remis une ampliation de l’arrêté nommant Fritz-Alphonse Jean Premier ministre, le président provisoire a, dans son allocution, salué et remercié notamment le Premier ministre sortant Evans Paul pour les services rendus à la République.

 En affirmant que sa mission est de « garantir la protection et la consolidation des institutions républicaines », Jocelerme Privert a tenu à préciser que son administration repose sur quatre axes prioritaires à savoir la « redynamisation du Conseil électoral provisoire (CEP), la poursuite du processus électoral, la formation d’un gouvernement de consensus et la bonne gestion des affaires de l’État ».
 En marge de la cérémonie d’investiture, Jocelerme Privert a déclaré qu’il est « heureux de présenter aux parlementaires le Premier ministre nommé ». Cette nomination est le fruit d’environ deux semaines de consultations politiques, a-t-il soutenu. 
Pour sa part, Fritz Jean dit reconnaître que sa nomination au poste de Premier ministre n’a pas été facile dans ce contexte politique. Ainsi, admet-il que sa « mission principale consiste à gagner la confiance des différents acteurs » impliqués dans la résolution de la crise haïtienne.
 Disposé d’un délai de 120 jours, conformément à l’accord politique du 5 février 2016, Fritz Jean se propose de « réorganiser l’État en fonction des besoins à fournir aux Citoyens et rétablir la stabilité macroéconomique en redressant les finances publiques ».

 Cette cérémonie s’est déroulée en présence de quelques parlementaires, de la candidate à la présidence du parti « Fanmi lavalas », Maryse Narcisse, des militants et leaders politiques, des membres du secteur privé des affaires, de la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, Sandra Honoré, des membres du personnel diplomatique accrédité dans le pays dont l’ambassadeur américain, Peter Mulrean, etc.

Crédit: DIASPORAMA-HAITI avec VBI

jeudi 25 février 2016

LE CHANTEUR ERIC CHARLES, EST MORT !

LE CHANTEUR, DU GROUPE KONPA MIZIK MIZIK, ERIC CHARLES, EST MORT !
Le chanteur du groupe Mizik Mizik, Eric Charles qui se trouvait sous respirationartificielle dans un centre hospitalier du pays, est mort quelques temps après, L'information a été confirmée par un proche du chanteur et membre de la formation musicale au micro de l'un de nos reporters.
Tandis que l'artiste était encore en vie, la nouvelle de sa mort avait fait l’effet d’une bombe, tôt ce jeudi, dans les médias de la capitale haïtienne et a eu le temps de faire le tour de la Planète.
Avant de passer de vie à trépas, Le lead vocal de Mizik Mizik, l’un des meilleurs chanteurs qu’ait connu notre musique pendant ces deux dernières décennies, avait été victime d'un accident vasculaire cérébrale (AVC), plus connu sous le nom de "Stroke", 
Il est décédé aux environs de 10 h AM, ce jeudi 25 février.
Sympathies à ses parents, admirateurs et amis.
Paix à son âme !

Et le Premier-Ministre est...Fritz Jean !

L'économiste Fritz Jean, Nouveau PM 
Le très réputé et respecté économiste Fritz Jean est le choix du président Privert comme nouveau Premier ministre d'Haiti en conformité avec l'article 137 de la Constitution. Un très bon choix, à mon sens, à défaut de la compétente Mirlande Manigat ou du sage Edgard Leblanc.
Une fois l'arrêté présidentiel publié dans le Moniteur, Fritz Jean pourra être investi dans ses fonctions de Premier ministre aux termes de la Constitution amendée. Le vote parlementaire sur sa déclaration de politique générale au Parlement pourra se faire après sa prise de fonction comme nouveau Chef du Gouvernement. C'est là l'une des innovations de la Constitution amendée et qui participe d'une rationalisation de notre régime politique mixte à prépondérance parlementaire.
Fritz Jean se passe de présentation. Les progressistes éclairés et pragmatiques du pays peuvent se soulager qu'un des leurs soit désigné pour assumer les fonctions de Premier ministre aux côtés de Jocelerme Privert comme Chef de l'Etat. Ces deux hommes pourront se révéler un tandem efficace dans l'exercice de leurs fonctions respectives et dans leurs responsabilités républicaines partagées. Comme leur réussite ou leur échec fera le bonheur ou le malheur du pays, ils sont condamnés à réussir ensemble pour le bien-être de tous sans exclusive.
La partie ne sera pas aisée au Parlement. Des minorités parlementaires pourront toujours jouer au chantage comme des majorités au blocage. Le moment est pourtant au dépassement. Le pays a besoin d'apaisement au double niveau politique et social.
Fritz Jean mérite un vote citoyen et démocratique au Parlement. Nos Sénateurs et Députés le lui doivent. Comme, en synergie avec le président de la République, ils se doivent de doter le pays d'un gouvernement fonctionnel dans les meilleurs délais...sans dilatoire ni diversion.
Daly Valet
25 février 2016

Edgard Leblanc Fils dément avoir conclu un accord avec le PHTK.


Le candidat au poste de premier ministre Edgard Leblanc Fils dément les accusations selon lesquelles il aurait conclu un accord avec le PHTK, Parti de l’ancien président, Michel Martelly.

L'ancien sénateur, Edgard Leblanc Fils, a démenti mercredi les accusations selon lesquelles il aurait conclu un accord avec le PHTK, parti de l’ancien président, Michel Martelly.

Ce sont en effet des parlementaires membres du parti officiel et alliés  dont le PHTK et Bouclier qui soutiennent le choix de M. Leblanc connu pourtant come un cadre de l'Organisation du Peuple en Lutte qui était censé dans l'opposition à l'administration sortante  et dont il dit bénéficier du plein soutien

Edgard Leblanc dit seulement reconnaitre  avoir participé à des séances de négociation avec des parlementaires issus de différents groupes politiques , alors que des rumeurs persistantes  circuculent autour de décaissements de fonds publics, à l'occasion de l'élection organisée par l'assemblée nationale pour désigner le successeur de Michel Martelly dans la nuit du 6 au t fevrier dernier .


L'un des prétendants à la primature, Edgar Leblanc Fils, se dit confiant qu’il sera désigné par le président Jocelerme Privert.

M. Leblanc estime que sa candidature est appuyée par la population et des parlementaires de la 50e  législature, affirmant qu’il est urgent que le pays mette fin à sa longue période de transition démocratique.
M. Leblanc intervenait ce mercredi dans le cadre d’une cérémonie où il recevait une distinction de la part d’une organisation de jeunes.

Credit: AHP 

dimanche 21 février 2016

Les Grenadiers affronteront le Brésil dans le groupe B de la Copa América centenaire

 Au terme du tirage au sort de la « Copa América centenario USA 2016 », la sélection haïtienne de football sénior est classée dans le groupe B à côté des équipes du Pérou, d’Équateur et du Brésil. Les Grenadiers joueront leur premier match de la compétition le 4 juin prochain face à la sélection du Pérou.
Les organisateurs de la « Copa América Centenario 2016 » ont procédé à la formation des différents groupes qui participeront à la célébration de la centième année de la Copa América. La Confédération Sud-Américaine de football communément appelée la Conmebol en a profité pour présenter le calendrier complet de cette compétition qui se disputera du 3 au 26 juin 2016, avons-nous appris à la rédaction de Vant bèf info (VBI).
16 équipes participeront à la Copa America centenaire. 10 d’entre elles proviennent de la Confédération Sud-Américaine de football (Conmebol) et les 6 autres de l’Amérique du Nord, l’Amérique Centrale et la Caraïbe communément appelé la Concacaf.
Les différentes villes américaines retenues en vue de la célébration de cette grande fête du football sont Chicago, Houston, Los Angeles, New York, Orlando, Philadelphia, Phoenix, San Francisco et Seattle. La finale du tournoi se jouera au Met Life Stadium situé dans l’aire métropolitaine de New York.
Cette cérémonie s’est déroulée en présence des entraîneurs des différentes équipes qui vont participer à ce tournoi ainsi que des représentants et/ou responsables des différentes fédérations des qui y seront représentés dont l’entraîneur des Grenadiers Patrice Neveu ainsi que le président de la Fédération haïtienne de football (FHF), Yves (Dadou) Jean-Bart.
Groupe A     
USA
Colombie
Costa-Rica
Paraguay
Groupe B
Brésil
Équateur
Haïti
Pérou
Groupe C
Mexique
Uruguay
Jamaïque
Vénézuela
Groupe D
Argentine
Chili
Panama
Bolivie

samedi 20 février 2016

Haïti, vers un gouvernement de consensus ?

Élu par le Parlement dimanche 14 février, le président intérimaire d'Haïti n'a pas encore choisi son Premier ministre. Mais Jocelerme Privert poursuit les consultations avec les partis politiques et la société civile pour former un gouvernement de consensus. Pour sa première conférence de presse vendredi 19 février, il a exprimé sa volonté d'enquêter sur la gestion de l'administration Martelly.

Depuis lundi 15 février, Jocelerme Privert enchaîne les rencontres avec les responsables de partis politiques, de la société civile, les diplomates étrangers, et aussi avec le directeur de la Banque centrale. Celui-ci lui a fait part de la situation des finances publiques « alarmante et catastrophique ».
« Tous, ils exigent et demandent la révision des comptes. Tous demandent et exigent que soit clarifiée la gestion de l’ancienne administration qui liquide encore les affaires courantes. Je n’écarte pas la possibilité de créer un passeport à travers la Cour des comptes de l’Unité de lutte contre la corruption, l’ULLCC, et de l'Unité centrale de renseignements financiers, l’UCREF, les mettre en synergie pour qu’ils travaillent à faire le jour sur la gestion », a déclaré Jocelerme Privert.
Le président fraichement élu a aussi décidé de suspendre toutes les nominations de hauts fonctionnaires, décidées par un arrêté de Michel Martelly à la veille de son départ du pouvoir. Cette mesure concerne notamment plus d'une vingtaine de personnes nommées dans les ambassades et consulats à l'étranger.

Credit: RFI

vendredi 19 février 2016

Monsieur le Président Jocelerme Privert, on procède par ordre de priorité.

Madeleine Bégon-Fawcett
Monsieur le Président Jocelerme Privert, on procède par ordre de priorité.
On avance :
a) dresser un état des lieux financiers, dans quel état sont les finances du pays (fait)
b) Annuler les nominations et installations de supporters de ce régime (fait)
c) annuler tous les arrêtés et bloquer tous les contrats signés par l'équipe matéli-Paul depuis les 90 derniers jours au moins;
d) que le Sénat et la Chambre des députés se penchent sur tous les contrats en cours ou à être exécutés (identifier leurs signataires, commissionnaires, bénéficiaires etc);
e) mettre rapidement en place les consignes à passer à l'ULCC, l'UCREF et la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif afin que les mesures soient prises pour un audit global de l'administration Martelly-Paul des 5 dernières années;
f) mettre un interdit de départ sur TOUS les hauts-fonctionnaires (ministres, secrétaires d'état, directeurs généraux et leurs adjoints jusqu'au dépôt du rapport des trois instances de contrôle ci-haut mentionnées / relativement à l'interdiction de départ, s'il y en a qui prennent la poudre d'escampette, les déclarer FUGITIFS RECHERCHÉS et flanquer Interpol à leur trousse; Gen yon denye gagot ki sot fet nan dosye kanaval sa a...minis kilti a ta gen anpil bagay pou l explike...
g) débusquer ces trois magouilleuses des locaux du KEP;
h) nommer madame l'architecte Ginette Chérubin à la présidence de la commission de vérification des élections ou du prochain KEP...
i) tenir régulièrement la population au courant des réponses obtenues par les diverses instances et de vos agissements...
On AVANCE...

Crédit: Madeleine Bégon-Fawcett

Protestation de Robert Berrouët-Oriol concernant la nomination de Rony Gilot.

Robert Berrouët-Oriol 

PROTESTATION DE ROBERT BERROUËT-ORIOL À PROPOS DE LA NOMINATION 
DU TONTON MACOUTE RONY GILOT AU POSTE DE SECRETAIRE ADJOINT 
AU PALAIS NATIONAL

Je viens d’apprendre, avec effroi, la nomination du duvaliériste et ardent tonton macoute Rony Gilot --un des membres fondateurs du CONAJEC (Comité national d'action jean-claudiste)--, au poste de secrétaire adjoint au Palais national par le président provisoire Jocelerme Privert. Un scandale ! Un affront à la mémoire des milliers de victimes de la dictature duvaliériste qui attendent encore justice et réparation de l’État haïtien. Cette nomination est un très mauvais signal que donne au pays monsieur Jocelerme Privert : elle est certainement un « ticket modérateur » dans le processus de réhabilitation du duvaliérisme dont le clown Michel Mattelly, durant sa « présidence », a été un ardent défenseur. Elle survient dans le droit fil de la complaisance avec le duvaliérisme affichée en 2014 par l’autre clown de la politique haïtienne, Evans Paul/Kplim qui, arrêté et torturé dans les années 1980, a choisi en dehors de toute justice et réparation la voie peu reluisante de la compromission avec ses bourreaux : il n’a pas hésité à serrer la main et à poser aux côtés du nazillon Jean Claude Duvalier et du zenglendo Prosper Avril, aux Gonaïves, le 1er janvier 2014. 
Dr. Rony Gilot

Rony Gilot est un duvaliériste « en service commandé » à l’instar du tonton macoute Arthur V. Calixte, auteur d’un article mystificateur et négationniste paru dans Le Nouvelliste d’Haïti le 8 février 2013, « Jean-Claude Duvalier, la grande victime de l’histoire » (voir la réponse de Robert Berrouët-Oriol dans le Journal des alternatives : « Lettre ouverte d’un poète au quotidien Le Nouvelliste d’Haïti - La tentative de réhabilitation de Jean-Claude Duvalier est un flagrant déni de justice » : http://journal.alternatives.ca/spip.php?article7184). 

Il faut impérativement rappeler à monsieur Jocelerme Privert, qui a débuté sa carrière de fiscaliste durant la dictature assassine de Jean Claude Duvalier, que le dénommé Rony Gilot – ex-conseiller du néoduvaliériste Michel Martelly--, est UN INCULPÉ dans l'affaire Duvalier en cours devant la justice haïtienne. Sa nomination, en plus d’être scandaleuse et affligeante, est donc parfaitement illégale. Les organisations de défense des droits humains en Haïti devraient sans délai exiger sa révocation et sa durable mise à l’écart : la lutte contre l’impunité est aussi à ce prix citoyen. 

Robert Berrouët-Oriol
Linguiste-terminologue
Montréal, le 19 février 2016

jeudi 18 février 2016

Communiqué de Presse de la Primature Haitienne.

Le Premier Ministre Evans Paul salue l’accession de Nesmy MANIGAT à la Présidence du Comité Gouvernance, Risque, Ethique et Finances du Partenariat Mondial pour l’Education

Port-au-Prince, le jeudi 18 février 2016.- 

Le Gouvernement de la République d’Haiti a appris avec beaucoup d’enthousiasme l’accession de M. Nesmy MANIGAT au poste de Président du Comité de Gouvernance, Risque, Ethique et Finances du Partenariat Mondial pour l’Education (PME).

Le Premier Ministre Evans Paul félicite le Ministre MANIGAT pour sa nomination à la plus haute instance dirigeante de cette organisation mondiale, considérée comme un modèle pour le renforcement de la coopération au développement consacré à l’éducation et à la mobilisation de fonds supplémentaires et qui
est chargée de coordonner, entre autres, la mise en œuvre de l’agenda post-2015 de l’éducation.

Le Premier Ministre Evans Paul se réjouit de la place grandissante de nos compatriotes dans les instances internationales. Apres Michaelle Jean, Secrétaire Générale à la Francophonie et Dany Laferrière à l’Académie Française, l’accession de Nesmy MANIGAT, actuel Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle à la Présidence du Comité Gouvernance, Risque, Ethique et Finances du Partenariat Mondial pour l’Education est une très bonne nouvelle pour HAITI. Cette nomination permettra d’ouvrir de nouvelles opportunités pour Haïti dans le domaine de l’éducation.


Bureau du Premier Ministre

Barack Obama se rendra à Cuba en mars prochain pour une visite historique.

À travers son compte Twitter, Barack Obama a annoncé ce matin (jeudi 18 fevrier 2016) qu'Il se rendra à Cuba.


"...We still have differences with the Cuban government that I will raise directly. America will always stand for human rights around the world...
...Next month, I'll travel to Cuba to advance our progress and efforts that can improve the lives of the Cuban people...
...Next month, I'll travel to Cuba to advance our progress and efforts that can improve the lives of the Cuban people..." dixit Barack Obama.



L'attaché de presse de la Maison blanche a confirmé la nouvelle, peu de temps après, dans une note officielle et a dit que le président Obama sera à La Havane.

Le déplacement sera historique à plus d’un titre : le président des Etats-Unis,Barack Obama, effectuera avec sa femme une visite à Cuba les 21 et 22 mars, illustration spectaculaire du rapprochement entre les deux anciens pays ennemis. Cette visite « constituera un pas supplémentaire vers l’amélioration » des relations entre les deux pays, ont d’ailleurs salué les autorités cubaines.

La dernière visite d’un président américain en exercice sur l’île située au large de la Floride remonte à 1928, avec celle de Calvin Coolidge. En se rendant à La Havane, M. Obama deviendra donc le premier à fouler le sol cubain depuis la révolution castriste de 1959.

Symbole du réchauffement diplomatique

Les deux pays ont rétabli leurs relations diplomatiques en juillet 2015. M. Obama a, à plusieurs reprises, exprimé sa volonté de se rendre à Cuba tout en soulignant que cela ne l’intéressait pas de « simplement valider le statu quo ».

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est, lui, déjà rendu à La Havane en août pour la réouverture de l’ambassade américaine.
Interrogé mercredi soir sur CNN au sujet de ce déplacement, le candidat républicain à la Maison Blanche Marco Rubio, né à Miami de parents cubains, a souligné qu’il ne se rendrait pas sur place s’il était président tant que l’île ne serait pas « libre », qualifiant le régime de La Havane de « dictature communiste antiaméricaine ».
Après plusieurs décennies de relations tendues, le 17 décembre 2014, Barack Obama annonçait, à la surprise générale, sa volonté d’entamer « un nouveau chapitre » avec Cuba, constatant sans détour l’échec d’un demi-siècle d’isolement du régime communiste.

« Cinquante ans passés à isoler Cuba n’ont pas réussi à promouvoir la démocratie et nous ont fait reculer en Amérique latine », a-t-il lancé à ses adversaires républicains il y a quelques semaines lors de son discours sur l’Etat de l’Union :
« Vous voulez renforcer notre leadership et notre crédibilité sur le continent ? Admettez que la guerre froide est finie. Levez l’embargo. »


7 Février 2016 - Discours de Michel J. Martelly devant l’Assemblée Nationale.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Vice-Président de l’Assemblée Nationale ;
Honorables Sénateurs et Députés ;
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Vice-Président de l’Assemblée Nationale ;
Honorables Sénateurs et Députés ;
Monsieur le Premier Ministre
Mesdames Messieurs les Ministres
Mesdames Messieurs le Secrétaires d’Etat
Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique ;
Peuple Haïtien,
Mes chers compatriotes,
Ce 7 février 2016 comme le veut la Constitution de 1987 amendée, mon mandat touche à sa fin. En effet selon l’article de 134-1 de la loi-mère, « la durée du mandat présidentiel est de cinq (5) ans. Cette période commence et se terminera le 7 février de la cinquième année du mandat, peu importe la date d’entrée en fonction.
S’il est vrai que mon mandat a démarré le 14 mai 2011, en démocrate convaincu, respectueux des lois et de la constitution de mon pays, je laisse la Magistrature suprême de l’Etat pour contribuer au retour à la normalité constitutionnelle.
Me voila donc rendu au terme du quinquennat, au terme de mon mandat présidentiel, au terme de toutes les batailles que j’aurai mené sans merci, pour vous peuple haïtien avec tout mon cœur, avec toute ma bonne foi, avec tout ce que je peux porter de rêve de grandeur pour mon pays.
Ce matin, je voudrais d’abord vous remercier vous peuple haïtien, vous qui m’aviez fait le grand honneur de me confier la plus haute magistrature de l’Etat pour conduire sa destinée, je veux vous exprimer toute ma reconnaissance et vous dire de continuer de croire. Croire au changement pour forcer le destin et remettre Haïti à la place qui est la sienne dans le concert des Nations. D’espérer sans relâche. D’espérer Tet Kale.
Ce travail ne sera pas facile. Il sera de longue durée. Il demande de l’intelligence, de l’esprit de sacrifice et d’abnégation. Il suppose une grande ambition pour la République.
Haïti se relève. Oui Haïti est debout. Je pars avec la conviction que les avatars de l’histoire ne pourront pas avoir raison de ces projets d’avenirs. La relève est partout dans le pays, les yeux grands ouverts, le front haut pour refuser le destin de fatalité dans laquelle nos guerres fratricides pour le pouvoir l’ont piégée…
La relève est là dans nos écoles, dans nos universités, elle est partout dans nos montagnes, dans nos quartiers, dans nos villes, dans la diaspora, prête à organiser la vigilance pour condamner, sans l’ignorer, le passé au passé et envisager l’avenir avec fougue, avec détermination, avec dignité.
Je voudrais également remercier toutes celles et ceux qui avec moi, à coté de moi, en face de moi parfois, inlassablement, sincèrement, se seront pendant cinq longues années, impliqués pour Haïti, parce qu’ils ont cru en Haïti, parce qu’ils ont choisi Haïti, parce qu’ils ont aimé Haïti.
Parce qu’Haïti pour eux était plus importante qu’eux-mêmes.
Je voudrais leur dire que leur investissement n'aura pas été vain !
Au 14 Mai 2011, qu’héritais-je si ce n’étaient que souffrances, misères, épidémies et deuils –
J’étais face à tous les défis, face à l’impossible, face au désespoir le plus total.
Mais surtout face à celles et ceux dont la mauvaise foi n’a jamais cédé, et ne cédera jamais.
Mais qu’importe, Haïti se souviendra sur son long chemin vers la terre Promise, qu'un certain Michel Joseph Martelly, Micky pour son peuple, avait aimé, avait donné, avait bâti, peut être mieux que ceux qui n’ont jamais péché.
A ceux que j’eus à proposer pour diriger le Gouvernement à Daniel Gérard Rouzier , Bernard Gousse , Gary Conille, Laurent , PM KP, Respects pour vous ! Merci pour vos conseils, vos recommandations, votre accompagnement surtout.
Vous aurez chacun à votre manière, sans jamais chercher à plaire, vous aurez chacun mérité de la Nation.
Aux amis d’Haïti, dont la compassion jamais démentie et la critique constructive auront permis d'espérer :un Grand Merci –
A toute ma famille, particulièrement a toi, Sophia, mon épouse, merci. Que serais-je sans toi qu’une corde brisée aux doigts du guitariste ?
Mes chers compatriotes,
Au rendez vous de l’Histoire, l’Histoire se rappellera malgré vents et marées, bon gré malgré, la pierre que j’aurai apportée à l édification d’une Haïti plus belle.
Elle se rappellera aussi de mes échecs que j’assume et que j’assume seul.
Parmi ceux-ci, mon plus grand regret, celui d’élections présidentielles différées.
Je voudrais vous dire vous peuple haïtien que je vous aime et que je ne cesserai jamais de vous aimer et de vous accompagner. Prezidan an ap toujou la pou nou !
Mais, je voudrais vous dire aussi, que ce n’est qu’une bataille, une bataille de perdue, car la guerre celle que j’aurai initiée contre la pauvreté extrême, contre l’ignorance, contre l’isolationnisme, contre les épidémies, … cette guerre là sera gagnée.
J’en vois déjà les augures avec l’accord paraphé hier avec le Parlement.
Puissent les forces vives de la Nation unies aux Institutions républicaines, travailler ensemble à parachever le processus initié et éviter ainsi à notre pays de nouveaux traumatismes.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Vice-Président de l’Assemblée Nationale ;
Honorables Sénateurs et Députés ;
Monsieur le Premier Ministre
Mesdames Messieurs les Ministres
Mesdames Messieurs le Secrétaires d’Etat
Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique ;
Pèp Ayisyen,
Frè m ak sè m yo,
Mwen vle raple l’ pou sa k’ chwazi bliye l’ yo, mwen se Michel Joseph MARTELLY, yon orijinal pitit tè Dayiti, pitit Dessalines, Pitit Petion , Pitit Kapwa lamò ki vinn pi detèmine depi aprè tranbleman tè 12 janvye 2010 la, ak yon volonte san mank pou l’ sèvi peyi l’, ede l soti nan mizè, remete l’ nan mitan peyi k’ap fè pwogrè yo.
Mwen rann mwen kont ke se pa yon misyon ki fasil,
Mwen konnen tou malgre anpil moun chwazi manti, dilatwa ak demagoji pou jere le prezan, listwa toujou chwazi rekil pou l’ jere la verite, se sak fè jodi a mwen ka di-n m’ pare pou m’ reponn devan tribinal listwa.
Paske menm si se vre, mwen jwe patisyon pa m’ yo nan mizik la, ki vinn pèmèt mwen ka ale ak santiman yon travay ki byen fèt, m’ paka retire nan bouch mwen gou yon misyon ki poko fini e ki rete anpil pou fèt toujou.
Nan bon, kou nan move moman, Ayiti te toujou la pou mwen. Li resevwa m’ lè lòt kote fè m’ sonje ke m’ pat lakay mwen. Se pou sa m’ travay anpil lajounen kou lan nwit pou m’ amelyore eta l’.
Jodi a, jou a rive pou m’ di Ayiti li mèt kontinye konte sou mwen, mwen pap lage l’, m’ap kanpe avè l’ !
M’ap kanpe la-a, tenn fas, anfas tout sa k’ panse yo ka kraze listwa, volonte ak rèv tout yon pèp.
M’ap sezi okazyon sa-a tou pou m’ envite peyi zanmi yo pou yo rete bò kote peyi Dayiti, ede nou veye sou jèn demokrasi nou an, pandan m’ap pwofite di yo mèsi e di yo nou konprann…
Nou konprann e nou apresye tout jefò ak volonte ki deplwaye sou dosye Ayiti a. Nou konprann ke yo ka anvi nou bèl men se nou ki pou antann nou pou n’ fè tèt nou bèl.
Nou konprann, nou aprann, e n’ap vanse ansanm pou n’ kore demokrasi a an Ayiti.
M ap envite chak grenn ayisyen konprann tou ke lide ak opinion diferan pa yon mal, nou ka pa dakò youn ak lòt, men nou reyisi menm jan fil cho ak fil frèt la fè l chak jou, met tèt nou ansanm pou n tounen limyè k’ap klere chimen devlopman peyi nou.
M ap envite n’ sispann chofe, paske peyi a se yon chodyè, lè n’ chofe l’ se nan tout ko l’ li cho, chak tan nou deside chofe peyi a’ se ekonomi an nou chofe, se wout nou deja pa gen ase kòb pou n’ fè yo nou chofe, se tap youn nan pi bon bagay si nou tout te chofe’l ansanm pou n sove Ayiti.
Tout sitwayen ki te pran desizyon sèvi peyi a, pandan tan prezidans mwen an m’ap di nou mèsi, e nou fè m konprann tou ke Ayiti gen lòt pitit ki deside pote kole pou l’ vanse. Malgre sa ki vle kraze l’ yo fè plis bri, ann kontinye travay epi batay pou rezilta nou ka kouvri tout bri ke pwopagann ak move koze ap fè chak jou.
Jou mwen t’ap inogire enfrastrikti sou wharf Jeremy an, mwen te di l’ nan mikwo laprès, lènmi demokrasi ak stabilite yo te itilize l’ kont mwen nan fason pa yo. Mwen te di : mwen p’ap remèt peyi a bay okenn moun ki pa kwè nan eleksyon, mwen pap remèt pouvwa a toutotan mwen pa gen garanti pou peyi a trankil.
Aprè plizyè rankont ak prezidan sena, prezidan chanm depite, kèk lòt gwo aktè nan lavi politik peyi-a, yo banm garanti, mwen byen di, yo banm garanti mwen ka ale tèt poze, y’ap fè tout sa ki posib pou peyi a poze.
Ak majorite nan moun mwen t’ap fè chita pale sa yo, se òm deta yo ye, sa ki vle di se moun ki dwe gen pawòl, ki dwe ka pran responsablite yo. Se sak fè mwen prale kè kal.
Mwen dwe konsakre yon tan spesyal poum remèsye gran achitèk linivè a ki te kenbe m’ an santé epi banm kouraj nan moman ki te pi nwa pou peyi-a poum te ka kontinye dirije avek tèt frèt.
Yon kokenn chenn mèsi pou chak grenn ayisyen. Ni sa ki te pou mwen ni sa kite kont mwen. Mwen te toujou di tèt mwen pa gen pèsonn nan opozisyon ni nan laprès ki te rayi Michel Martelly men pito mwen panse ka gen kèk nan yo ki te gen pwoblèm ak ideyoloji epi vizyon Prezidan Martelly.
Sophia, Olivier, mwen gen yon felisitasyon espesyal pou nou pou kouraj nou. An tan ke mari, an tan ke papa, de fwa kèm konn ap dechire lè mwen tande fason yon gwoup moun chwazi itilize mikwo laprès pou bay manti sou do nou.
Sophia, Olivier, Sandro, Yani, Malaika, a chak fwa mwen te konn vle pèdi fòs, nou te toujou la pou sipòte mwen pou fèm konprann enpòtans mwen pou nou anndan fanmiy lan, ki te pèmèt mwen konprann tout enpòtans mwen anndan peyi a pou chak grenn ayisyen antan ke Prezidan.
Pi gwo fòs yon fanmi se lè nou rete soude, se menm jan pou peyi a tou !
Mwen panse jounen 7 fevriye a se yon jou spesyal li ye pou chak ayisyen, yon jou k’ap make listwa. Mwen vle itilize li pou padone:
Padone chak grenn moun ki te kanpe anfas devlopman Ayiti
Padone chak grenn moun ki te wè enterè pèsonèl yo olye yo te wè enterè Ayiti
Padone chak grenn moun ki te pran plezi nan vann move imaj Ayiti.
Mwen kwè li pa two ta pou gen yon priz konsyans jeneral ki fèt lakay chak grenn ayisyen pou nou konprann jan mwen te toujou konn di l’ : Martelly ap pase men Ayiti ap rete. Lè w’ panse se Martelly w’ap fè mal nan kraze brize se Ayiti w’ap fè mal.
Mwen gen anpil patizan ak senpatizan mwen konnen ki repwoche mwen pou twòp konpwomi daprè yo mwen fè pandan mwen t’ap dirije bak peyi a. Pou moun ki konn Michel Martelly byen, nèg tanperaman fò a, yo di yo pa kwè ke se mwen k’ap fè tout konpwomi sa yo.
Wi, se te mwen, mwen te toujou mete ògèy mwen dèyè, mwen te toujou bliye tèt pam e pafwa neglije fanmiy mwen poum rezoud kriz anndan peyi a. Paske, janm mwen toujou renmen di l’, pa gen okenn sakrifis ki two gwo depi se pou Ayiti !
Jodi a, moman rive pou m’ di pèp ayisyen, MÈSI.
Mèsi pou pasyans ak kouraj nou, Mèsi, mèsi anpi l.
Ayiti cheri
Ayiti Manman m
Mwen te la, mwen la, e m’ap toujou la pou ou !
Ke Bondye beni nou epi pwoteje Ayiti
Ayibobo
Mèsi anpil