FLASH ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !

FLASH ! NOUVEL TOU CHO ! DERNIÈRE HEURE ! ULTIMA HORA ! BREAKING NEWS !
Louis-Philippe Dalembert, lauréat 2017 du Prix France Bleu .

vendredi 26 avril 2013

Haïti/Québec/Duvalier: Au nom du père et du fils et de Saint-Nicolas!

Tentative de réhabilitation de Jean-Claude Duvalier (3e partie)
AU NOM DU PÈRE ET DU FILS ET DE SAINT-NICOLAS…

Linguiste-terminologue
Montréal, le 26 avril 2013

Le Linguiste et terminologue, Robert Berrouët-Oriol
Cartes sur table. Au nom  de la liberté d’expression, du droit à la pluralité des voix dans l’espace public, les médias haïtiens peuvent-ils se permettre, aujourd’hui, de publier un manifeste pédophile, un texte antisémite, une apologie du racisme, un factum à la gloire du nazisme, une béatification de Mussolini et de Pinochet ? À bien comprendre ce que nous enseigne Albert Camus, –« tout est permis ne veut pas dire que rien ne soit défendu »–, y a-t-il un code éthique et déontologique appelé à encadrer la liberté d’expression dans les médias haïtien ? Dans mes domaines de recherche et d’écriture –la linguistique et la littérature–, ai-je le droit de diffuser, par exemple dans Le Nouvelliste, les bonnes feuilles du très grand écrivain français Louis-Ferdinand Céline tirées de ses œuvres antisémites ayant pour titre  « Bagatelles pour un massacre » et « L’École des cadavres » sans déshonorer mes amis Juifs et la mémoire des millions de Juifs massacrés par le système-Hitler durant la seconde Guerre mondiale ? Haïti dispose-t-elle aujourd’hui d’un dispositif juridique contraignant et punissant le délit d’apologie de crimes contre l’humanité dont le duvaliérisme, en Haïti, a constitué la machinerie infernale la plus aboutie ?

J’avais en tête ces questions taraudantes au constat que Le Nouvelliste de Port-au-Prince avait franchi la ligne rouge la fin de semaine du 20 avril 2013 en publiant un texte laudateur, mystificateur et négationniste d’un pâle descendant d’une lignée de dictateurs, un certain François-Nicolas Duvalier, petit-fils du tyran du même nom, le fondateur de la plus violente dynastie assassine de l’histoire nationale. Sans mise en garde de la rédaction, sans distance critique de sa part et certainement sans décence aucune, le Nouvelliste a ouvert avec largesse ses précieuses et si sélectives pages au dénommé François-Nicolas Duvalier en publiant, le 19 avril 2013, son hallucinant hommage ainsi titré : « In memoriam Dr François Duvalier, président à vie[1]». 

L’horreur. Le choc. La gifle. Cet article, qui s’inscrit tout naturellement dans l’actuelle entreprise defalsification de l’histoire nationale,  atteint de plein fouet les victimes et familles de victimes du duvaliérisme… Car la parole duvaliériste, qui a longtemps tyrannisé toute parole citoyenne, ne saurait être censurée par Le Nouvelliste, on l’a une fois de plus constaté ces derniers temps… Alors ils sont très nombreux, en Haïti comme en diaspora, les lecteurs qui s’estiment bafoués voire agressés par cet article, qui signe l’accompagnement consanguin et ouvertement hospitalier que le journal Le Nouvelliste –au motif de vouloir s’en tenir à un « journalisme objectif » soucieux de « donner la parole à toutes les parties »–, accorde à l’entreprise de réhabilitation du nazillon Jean-Claude Duvalier et du duvaliérisme. Une vive levée de boucliers contre cette entreprise négationniste, sur les réseaux sociaux, sur Facebook et dans les commentaires postés à même les pages (non encore censurées) du Nouvelliste, en a fait foi. Nombreux sont les internautes qui disent ouvertement non à la collusion incestueuse entre la lèpre duvaliériste et Le Nouvelliste. Plusieurs observateurs s’inquiètent d’ailleurs de ce qu’ils appellent « le pacte » qui semble avoir été conclu entre certains secteurs de la société, le PUN duvaliériste et des ayants-droits d’anciens régimes en embuscade qui veulent vassaliser la presse… Alors ce n’est pas la casuistique bluffante du rédacteur en chef du Nouvelliste qui saura embaumer le sentiment révulsif vécu par tant de lecteurs de ce journal au sortir du texte du petit-fils du tyran. « François Duvalier doit-il deux fois nous imposer le silence[2]? »brait le rédacteur en chef du Nouvelliste dans une sinueuse autojustification datée du 23 avril 2013. Certainement pas puisque la parole duvaliériste n’étant jamais censurée par le seul quotidien d’Haïti, l’apologie du duvaliérisme peut librement s’exprimer dans ce journal alors même que plusieurs voix citoyennes, qui s’opposent à pareille apologie, sont sans états d’âme l’objet d’une clanique et surtout politique censure au Nouvelliste[3]… En clair : contrairement à ce que veut faire croire le rédacteur en chef du Nouvelliste lorsqu’il tente malignement de se parer de l’aura intellectuelle de Georges Anglade, lire l’Histoire contemporaine d’Haïti d’un œil critique et libre, regarder en face le duvaliérisme n’autorise à aucun moment d’en excuser ni d’en justifier l’apologie dans Le Nouvelliste. Vouloir contredire ce principe éthique c’est déjà vouloir insulter l’intelligence des lecteurs du Nouvelliste. À ma connaissance, Le Nouvelliste est le seul journal haïtien qui censure des voix citoyennes (dissidentes) tout en donnant généreusement la parole, du même mouvement, aux voix duvaliéristes, à l’apologie du duvaliérisme… Alors, cartes sur table : ce qui est rigoureusement en débat, ici, ce n’est pas le droit d’un rejeton de la fratrie Duvalier de s’exprimer, d’honorer son grand-père –ce qui relève strictement de la sphère de l’intime. Ce qui fait débat c’est plutôt la gracieuse hospitalité qu’offre ouvertement Le Nouvelliste –dans le contexte d’une tentative de réhabilitation du duvaliérisme et au moment où les victimes osent témoigner devant la justice–,  à l’apologie d’un sinistre dictateur et de son système qui ont fait tant de tort au pays. Ce qui fait débat, c’est, dans les pages du Nouvelliste, la banalisation de l’apologie du duvaliérisme, du tyran Papa Doc, au creux d’une tentative de réhabilitation de Jean-Claude Duvalier poursuivi en justice, en Haïti, pour tous les crimes de sa dictature. Il y a donc lieu d’inverser la proposition du rédacteur en chef du Nouvelliste : « l’hospitalité offerte par Le Nouvelliste à l’impunité comme à  l’apologie du duvaliérisme doit-elle deux fois nous imposer le silence ? »


Dr François DUVALIER
À la décharge de Le Nouvelliste, on peut effectivement rappeler que les colonnes du quotidien absorbent courants et contre-courants. La grande différence entre les autres publications-témoignages accueillies par le journal et l’insultant hommage du rejeton duvaliériste réside dans le fait que les témoignages des victimes, parents des victimes et témoins sont véridiques se basant sur des faits réels tels qu’ils se sont produits durant l’une des plus douloureuses journées de l’histoire contemporaine haïtienne. Les victimes ou leurs parents ne falsifient pas l’histoire. Alors que cet hommage contre-nature du petit-fils du tyran qui habille le dictateur avec les habits d’un démocrate, d’un républicain constitue une contrefaçon grotesque  qui tombe dans le domaine de l’interdit. Il y a donc deux questions à poser en pareilles circonstances : 1- Peut-on s’associer impunément au négationnisme et au révisionnisme historique ? 2- Peut-on faire l’apologie des crimes en toute quiétude ?

L’APOLOGIE D’UN CRIMINEL, ASSORTI DU DÉNI DE SES CRIMES À GRANDE ÉCHELLE ET DE SON SYSTÈME DE DESTRUCTION MASSIVE, SONT DES DÉLITS NATIONAUX ET DES CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ QUE LA LOI DEVRAIT RIGOUREUSEMENT SANCTIONNER EN HAÏTI

Une remarque préliminaire s’impose : le 26 avril 1963 au matin, la voiture présidentielle qui amenait les enfants Simone et Jean-Claude Duvalier à l’école fut attaquée par quatre hommes armés, habillés en vert olive. Il s’ensuivit des rafles et des massacres, des centaines de personnes innocentes furent ce jour-là et les jours suivants traquées, capturées, torturées et assassinées. Dans ce contexte de terreur duvaliériste de masse, Le Nouvelliste d’alors, on le comprend, n’a pas ouvert ses pages aux familles des centaines de victimes traquées par les hordes duvaliéristes hallucinées aux mains couvertes de sang… L’Histoire, que l’on s’efforce maintenant de falsifier, est aussi une mémoire archivée, et aujourd’hui les victimes osent témoigner à visière levée sur les ondes des radios haïtiennes et par-devant les tribunaux où Jean-Claude Duvalier a dû comparaître comme inculpé. Et paradoxe apparent de l’Histoire, c’est la liberté de parole conquise dans le combat contre la dictature duvaliériste avant 1986 qui permet maintenant à un rejeton de la fratrie macoute de s’exprimer librement dans les pages à dessein hospitalières du Nouvelliste –ce que les jeunes de son âge, sous Duvalier père et fils, ne pouvaient aucunement faire sans être arrêtés, torturés et assassinés.

François-Nicolas Jean-Claude Duvalier II
L’hommage du petit-fils de François Duvalier à son tyran de grand-père n’appartient pas à la sphère de l’intime, du privé : c’est un acte public, un document rédigé par la baronnie duvaliériste mais qu’il signe et endosse publiquement dans Le Nouvelliste, commettant par là-même l’apologie d’un criminel et de ses crimes.

Le vécu familial est de l’ordre de l’intime alors que l’acte de publication concernant un personnage public rejoint le domaine public et à ce titre doit être confronté aux faits. Par cette tentative grossière de réhabilitation de François Duvalier, le petit-fils jusque là épargné par les controverses, vient d’intégrer les rangs des assassins, parce qu’il ne peut pas prétendre, lui, ignorer les témoignages d’horreurs, de carnages, d’assassinats, d’emprisonnements arbitraires racontés dans les colonnes du journal depuis plusieurs semaines. Il rejoint ainsi la triste liste des « assassins de la mémoire» et se montre prêt à continuer l’œuvre morbide de son père et de son grand-père. 

Dans un État de droit, le dénommé François-Nicolas Duvalier devrait être traduit en justice pour apologie d’un criminel, assorti du déni de ses crimes à grande échelle et de son système de destruction massive. Il devrait être traduit en justice au même titre que tout média qui lui sert de tremplin sinon de porte-parole officieux… Sauf à vouloir cultiver une fois de plus l’omertà et l’impunité sur les ruines claudicantes de Fort-Dimanche, sauf à vouloir une fois de trop pratiquer le détournement de la Loi…

Séquence 1 : détournement de la Loi, visa pour l’impunité     

Jean-Claude Duvalier
Au retour en Haïti du nazillon Jean-Claude Duvalier, il y a plus d’un an, des juristes de service et autres commis recyclés de la baronnie macoute se sont efforcés de lui garantir l’impunité (préalablement fournie par lesdits « pays amis d’Haïti ») en invoquant une fallacieuse « prescription de l’action » selon laquelle les crimes qui lui sont imputés auraient fait leur temps et ne pouvaient plus être jugés par les tribunaux haïtiens. Ainsi, dans une dépêche de Radio Métropole datée du 19 janvier 2011, un juriste émérite et banquiste respecté, Bernard Gousse, précise que « Le gouvernement provisoire de Henry Namphy avait édicté un décret annulant les prescriptions de crimes commis par le régime des Duvalier. La prescription ne joue pas contre quelqu’un qui est empêché d’agir, explique le juriste pour justifier le décret du CNG. Ce décret du 18 juin 1986 autorisait des poursuites pour les crimes commis durant les 22 années du régime des Tontons Macoute. Selon maître Gousse les familles des victimes devraient intenter une action en justice contre les hauts dignitaires du régime des Duvalier entre février 1986 et février 1996. Une plainte qui est restée sans suite devrait être renouvelée chaque 10 ans pour que l’action demeure vivante, explique le juriste se référant à l’article 466 du code d’instruction criminelle.[4]» Pareille absolution a également été accordée par l’absconse « constitutionnaliste » Mirlande Manigat qui, tournant elle aussi le dos à la jurisprudence internationale, s’est récemment fait le porte-parole bateleur et surtout truqueur de la soi-disant « prescription de l’action ». Écoutons-la : « [...] pour moi, il y a 3 aspects dans ce dossier, il y a l’aspect strictement judiciaire : la question qu’il n’y a pas de crime contre l’humanité dans notre juridiction, dans nos textes, ou qu’après 10 ans, certains crimes ne peuvent plus être évoqués, ou encore les aspects sur le plan technique… C’est ça l’aspect judiciaire. Vous avez l’aspect politique, ce n’est pas n’importe qui, que l’on juge, c’est une personne, qui a un bilan. Les duvaliéristes peuvent vous dire, qu’il y a des choses qui étaient bonnes, vous entendez des gens dire que sous Jean-Claude Duvalier il y avait la sécurité, il y avait ceci, il y avait cela… On ne peut pas dire que le bilan est totalement négatif. Mais attention, en ce qui concerne le respect du Droit, le respect des Droits de l’Homme, le bilan est négatif. Donc ce n’est pas normal de continuer de parler d’impunité. Moi, c’est sous Jean Claude Duvalier que j’étais en exil, j’ai appris qu’ont avait arrêté mon père, ma mère et deux oncles. Ma mère a fait 15 mois en prison, mon père 3 ans, sans être jugée.[5]»

Contrairement aux élucubrations et autres montages spécieux des défenseurs de la «prescription de l’action », il existe contre Jean-Claude Duvalier, depuis de longues années, un solide dossier de crimes d’État et de mise en accusation devant la justice. Nombre de victimes de la dictature sont partie civile à ces plaintes, les témoignages des victimes sont consignés et accessibles, des dossiers rigoureux et bien documentés ont été déposés par-devant les instances concernées, et  il existe une  jurisprudence internationale conséquente et bien étayée relative aux imprescriptibles crimes contre l’humanité commis durant le « règne » du dictateur Jean-Claude Duvalier.

Ainsi, « Dans une entrevue accordée à Radio-Canada (…) Me René Magloire [alors conseiller juridique de René Préval, NDA] soutient que les traités internationaux sur les droits de la personne dont Haïti est signataire ignorent le délai de prescription de 10 ans et permettent donc de poursuivre Duvalier en justice. « La poursuite contre Duvalier va permettre d’abord aux victimes de ce régime-là de retrouver une certaine dignité et ça va permettre aussi de démontrer en Haïti que l’impunité doit cesser [6]».

Pour sa part, William G. O’Neill[7], avocat spécialiste des questions de droits de l’homme et conseiller des Nations–Unies pour le Kosovo, nous enseigne qu’« Haïti a reconnu la juridiction du tribunal interaméricain et se trouve donc liée par ses principes. Les exactions aboutissant aux milliers de victimes assassinées, torturées et disparues sous le règne de Jean-Claude Duvalier ont été des crimes contre l’humanité au moment de leur perpétration entre 1971 et 1986. Ces victimes, leurs parents et les survivants méritent de voir leur cas enfin saisi par la Justice. En conséquence, la décision du Juge Carvès doit être et attend d’être renversée.»
Plus récemment, une dépêche d’AlterPresse datée du 7 février 2013,«Haïti-Duvalier : Signature d’un essai-plaidoyer pour juger l’ex-dictateur[8]»relatant la parution du livre « Le procès de Duvalier pour crimes contre l’humanité » du juriste Jaccéus Joseph, l’agence en ligne nous précisait que «Dans ce texte, Joseph répond aux avocats de la défense de Duvalier arguant qu’il n’y a pas de provisions légales dans le droit interne haïtien pour juger Duvalier. « Nous avons démontré que la commission de ces crimes dits internationaux implique l’obligation de l’État haïtien de juger Duvalier, l’universalité de la procédure, l’internationalisation de sa poursuite, l’interdiction d’amnisties, sa responsabilité pénale individuelle, l’inaliénabilité et imprescriptibilité du recours. Ce procès est ainsi placé au cœur du droit pénal coutumier international lié au Jus Cogens. » 

Il y a lieu ici de rappeler que l’article 276.2 de la Constitution de 1987 stipule que
« Les traités ou accord internationaux, une fois sanctionnés et ratifiés dans les formes prévues par la Constitution, font partie de la législation du pays et abrogent toutes les lois qui leur sont contraires.» Il faut également souligner que Haïti est signataire de la
Convention américaine relative aux droits de l’homme (aussi appelée Pacte de San José), traité international majeur du système interaméricain de protection des droits de l’homme. Cette convention a été adoptée le 22 novembre 1969. Les organismes responsables de son application sont la Commission interaméricaine des droits de l’homme et la Cour interaméricaine des droits de l’homme, deux organes de l’Organisation des États américains (OEA)[9]. En ce qui a trait à l’inculpation du dictateur Jean-Claude Duvalier par-devant la justice haïtienne, voici ce qu’a statué la Commission interaméricaine des droits de l’homme en mai 2011 ; je reproduis cinq articles de sa Déclaration pour bien montrer au lecteur la nature et la gravité du «détournement de la loi » ainsi que le cadre légal de l’imprescriptibilité des  crimes commis sous Jean-Claude Duvalier  :

6.   Le 27 septembre 1977, la République d’Haïti a déposé son instrument d’adhésion à la Convention américaine relative aux droits de l’homme (ci-après la « Convention américaine »), qui est entrée en vigueur le 18 juillet 1978. Par conséquent, aux termes de l’article 276(2) de la Constitution d’Haïti, ce traité international fait partie de la législation haïtienne et abroge toutes les lois qui lui sont contraires. De même, le 20 mars 1998, Haïti a reconnu la compétence obligatoire de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (ci-après la « Cour interaméricaine »). 
 7.   De ce fait, le Pouvoir judiciaire haïtien, en tant que partie intégrante de l’appareil de l’État, est soumis à la Convention américaine et est tenu de veiller à ce que les effets des dispositions de la Convention ne soient pas restreints par l’application de lois contraires à son objet et à sa finalité. Ainsi, « le Pouvoir judiciaire doit exercer une sorte de ‘’contrôle de conventionnalité’’ entre les normes juridiques internes qui s’appliquent à des affaires concrètes et la Convention américaine relative aux droits de l’homme. Dans cette tâche, le Pouvoir judiciaire doit tenir compte non seulement du traité mais aussi de l’interprétation donné par la Cour interaméricaine, interprète ultime de la Convention américaine ».
10.  Les crimes contre l’humanité ont été définis pour la première fois dans les Principes du droit international consacrés par le Statut du Tribunal de Nuremberg et dans les jugements de ce Tribunal de 1950. Ces Principes ont été adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies avant que ne commence le régime de Jean-Claude Duvalier en Haïti, ce qui confirme le statut de jus cogens qu’avait déjà l’interdiction des crimes contre l’humanité au moment où se sont produites lesdites violations graves aux droits humains en Haïti.
12.  La Convention des Nations Unies sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dispose clairement que ces actes illicites internationaux « sont imprescriptibles, quelle que soit la date à laquelle ils ont été commis ». La Cour interaméricaine a établi que les États qui n’ont pas ratifié ladite Convention, comme c’est le cas d’Haïti, ne peuvent pas pour autant ne pas respecter cette règle impérative étant donné que « l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité  surgit en tant que règle de droit international général (jus cogens) qui n’a pas son origine dans cette Convention mais qui est reconnue dans celle-ci ».
13.  Dans sa jurisprudence constante, la Cour interaméricaine a établi que « sont inadmissibles les dispositions relatives à l’amnistie, les dispositions relatives à la prescription et l’établissement de causes d’exonération de la responsabilité qui prétendent empêcher les enquêtes et la sanction des responsables des violations graves des droits humains, comme la torture, les exécutions sommaires, extrajudiciaires ou arbitraires et les disparitions forcées, toutes lesquelles sont interdites étant donné qu’elles enfreignent des droits non soumis à dérogation consacrés par le droit international relatif aux droits humains ». De même, en ce qui concerne les crimes contre l’humanité, la Cour interaméricaine a signalé que « l’obligation d’enquêter et, le cas échéant, de juger et de sanctionner, acquiert une intensité et une importance particulières compte tenu de la gravité des délits commis et de la nature des droits qui ont été lésés ». 

Pour conclure, la Commission interaméricaine des droits de l’homme a rappelé le 17 mai 2011 le devoir pour l’État haïtien « d’enquêter sur les graves violations des droits humains commises sous le régime de Jean-Claude Duvalier ». Je signale très fortement au lecteur qu’« À la demande du Collectif contre l’impunité[10], la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a tenu le 28 mars 2011 une audience en présence d’un membre du ministère de la Justice d’Haïti. Celui-ci a exprimé la volonté de l’État haïtien de juger les violations des droits humains en question. Il a sollicité l’appui technique de la CIDH pour ce faire. » Le Collectif est appuyé par Human Rights Watch, Avocats sans frontières Canada (ASFC) et le Bureau des avocats internationaux (BAI).

Séquence 2 : négationnisme et délit d’apologie

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à récemment, les démocraties européennes se sont dotées d’un dispositif juridique et d’une infrastructure judiciaire destinés à contrer et à sanctionner pénalement le retour de l’idéologie nazie, des crimes nazis et des différentes formes de réapparition du nazisme… Le duvaliérisme en est la variante tropicale –un fascisme tropical– selon la judicieuse terminologie de l’économiste Gérard Pierre-Charles (auteur de la « Radiographie d’une dictature », 3ème édition, CRESFED, Port-au-Prince, 1986) et du romancier René Depestre. Celui-ci, dans un célèbre entretien avec le professeur et critique littéraire Frantz Leconte, dit avec hauteur à propos de la dictature duvaliériste que « C’était un terrorisme d’État le plus meurtrier du siècle après le nazisme qui avait d’autres moyens, le fascisme de Mussolini, peut-être Franco. Mais lui, il a développé le fascisme tropical, le fascisme de sous-développement.[11]»

Prévenir et contrer l’apologie des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ainsi que le nazisme, le négationnisme et le révisionnisme historique par l’éducation citoyenne et par l’application de la Loi : un véritable projet de société, adossé au devoir de mémoire, dont les Juifs et Israël nous fournissent chaque jour l’illustration éclairante dans leur combat contre la négation de l’Holocauste.  

Le terme « apologie» désigne undiscours défendant, justifiant une personne ou une doctrine. Il désigne également tout «Discours ou écrit ayant pour objet de défendre, de justifier, et le cas échéant faire l’éloge d’une personnalité ou d’une cause contre des attaques publiques» (Centre national de ressources textuelles et lexicales, CNRS, France). Au fil des ans le terme a évolué pour désigner un écrit, un discours ou une prise de position destinée à faire l’éloge d’une personne, d’une idée ou d’une doctrine. En France, la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 punit l’apologie des crimes et délits, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou des crimes et délits d’intelligence avec l’ennemi.  

Dans le dispositif juridique français –dont s’inspire d’habitude le système juridique haïtien–, la loi Gayssot est la désignation courante de la loi française no 90-615 du 13 juillet 1990. Cette loi cible le délit d’apologie comme les crimes contre l’humanité : 

« La loi Gayssot innove par son article 9, qui qualifie de délit la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité, tels que définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de ce statut soit par une personne reconnue coupable de tels crimes. Cet article 9 introduit en effet dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse un article 24 bis dont voici le premier alinéa :

« Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale. »

L’article 6 (c) de ce statut définit les crimes contre l’Humanité : « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation, et tout autre acte inhumain commis contre toutes populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux, lorsque ces actes ou persécutions, qu’ils aient constitué ou non une violation du droit interne du pays où ils ont été perpétrés, ont été commis à la suite de tout crime rentrant dans la compétence du Tribunal, ou en liaison avec ce crime.[12]»

Séquence 3 : négationnisme et délit d’apologie par-devant la justice
Les juridictions haïtiennes compétentes pourraient s’inspirer de la loi Gayssot et produire un énoncé contributif –une jurisprudence d’application obligatoire–,  conforme à la Constitution de 1987 aux fins de recevoir une plainte émanant de la société civile, ou de l’État, et visant le fils et petit-fils des tyrans. Pareil  énoncé contributif permettrait de le traduire en justice pour apologie d’un criminel, assorti du déni de ses crimes à grande échelle et de son système de destruction massive.  

Il m’apparaît en effet qu’il y a « délit d’apologie de crimes »  connus, reconnus et amplement documentés qui sont le fait de la dictature des Duvalier père et fils, et que l’article paru dans Le Nouvelliste du 19 avril 2013 constitue « le corps du délit » consigné avec l’accord supplétif et empressé de la rédaction de ce journal. En l’espèce, Le Nouvelliste commet un délit par association, et cela pose à la fois la brûlante question de la déontologie de la profession journalistique en Haïti et également celle des limites éthiques qui configurent la ligne éditoriale des médias. À ce chapitre, et à la suite de la parution de l’article du fils et petit-fils des tyrans, nous avons tous noté le lourd silence de l’ANMH (l’Association nationale [patronale] des médias haïtiens) comme d’ailleurs celui des organisations professionnelles des journalistes du pays, notamment SOS Journalistes… Faudrait-il rappeler combien ils sont nombreux les journalistes qui ont payé de leur vie pour que la liberté d’expression soit un droit consigné dans la Constitution de 1987 ?    
Et plusieurs questions simplement formulées renvoient au fond de la problématique : (1) au regard de l’histoire du duvaliérisme, quels sont les critères et quelles sont les limites du droit de parole dans les médias haïtiens ? (2) qu’est-ce qui balise un reportage, une enquête fouillée, un texte d’opinion, une apologie d’un régime dictatorial, un texte promotionnel ? (3) un organe de presse peut-il, face à l’Histoire, donner librement et généreusement la parole –sans mise en garde critique, sans distance, sans droit de réplique–, aux négationnistes, aux falsificateurs, comme par ailleurs aux Ti Bobo, Mme Max Adolphe, Luc Désir, Boss Pint, Gracia Jacques, Claude Raymond, etc., désireux de célébrer avec fanfare les voluptés du régime carcéral de Fort-Dimanche ou celles des prisons privées des barons duvaliéristes ? (4) Aujourd’hui en Haïti est-il éthique de chanter les louanges du système totalitaire des Duvalier père et fils, sous couvert d’amnésie programmée, de compromissions non dites et d’acceptation résignée de la sous-culture de l’impunité ? Une nouvelle fois, le lecteur saura se faire une opinion d’autant plus que sur le marché de la communication, l’illusion d’un ancien monopole national de l’information, format papier, vole en éclat lorsqu’on la compare au potentiel d’Internet et des réseaux sociaux qui permettent de rejoindre instantanément des centaines de milliers de lecteurs partout sur la planète. Sans oublier qu’Internet permet aux lecteurs branchés, en Haïti, de diversifier amplement leurs sources d’information et de lecture critique. Il leur est aussi loisible de comprendre pourquoi la presse ne peut être réduite, telle une peau de chagrin, à l’anémique rôle de thermomètre de la société alors qu’elle exerce de manière constante son pouvoir d’influence. En tant que quatrième pouvoir, la presse est aussi un acteur des débats sociétaux, elle joue un rôle important dans l’édification d’un État de droit. Cela étant posé, l’essentiel des réponses aux quatre questions que je viens de formuler se donne à lire, entre autres, dans les pratiques de sélection alambiquées, de tri partisan sinon copineux –disons-le tout net : de censure idéologique et politique surtout –, mises en œuvre par l’actuelle direction rédactionnelle du Nouvelliste. Il est donc loin, très loin, le temps où la rigueur professionnelle de Carlo Désinor stimulait les jeunes journalistes haïtiens tout en modélisant leur vision de la société haïtienne.

Alors débattre publiquement, contre l’amnésie programmée pour tout un peuple, hors toute forme de censure clanique, du «délit d’apologie de crimes »connus, reconnus et amplement documentés qui sont le fait de la dictature des Duvalier père et fils, c’est déjà contrer hautement le forfait commis par saint Nicolas déchu, le fils et petit-fils des tyrans. Situer la commission du « délit d’apologie de crimes » dans le cadre de l’actuelle tentative de réhabilitation de Jean-Claude Duvalier c’est aussi contribuer, sans compromissions, au devoir de mémoire et au droit à la justice pour l’ensemble des victimes de la dictature des Duvalier père et fils.
[Robert Berrouët Oriol, linguiste-terminologue, poète et critique littéraire, est l’auteur de la première étude théorique portant sur « Les écritures migrantes et métisses au Québec » (Littéréalité, Toronto, et Quebec Studies, Ohio, 1992). Son avant-dernière oeuvre littéraire, « Poème du décours » (Éditions Triptyque, Montréal 2010), pour laquelle il a été finaliste du Prix du Carbet et du Tout-Monde, a obtenu en France le Prix de poésie du Livre insulaire Ouessant 2010. Ancien enseignant à la Faculté de linguistique d’Haïti, il est également coordonnateur et coauteur du livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » -- Éditions du Cidihca, Montréal, et Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2011. En reconnaissance de son œuvre littéraire, le gouvernement du Canada l’a nommé en 2012 membre du Jury du Prix de poésie du Gouverneur général du Canada (section de langue française). Sa nouvelle oeuvre de fiction poétique, « Découdre le désastre suivi de L’île anaphore» est parue en mars  2013 aux Éditions Triptyque .]

[2]Frantz Duval : « François Duvalier doit-il deux fois nous imposer le silence ? », Le Nouvelliste : http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=116000
[3]Robert Berrouët-Oriol : « Lettre ouverte d’un poète au quotidien Le Nouvelliste d’Haïti – La tentative de réhabilitation de Jean-Claude Duvalier est un flagrant déni de justice ». Dans Potomitan : http://www.potomitan.info/ayiti/berrouet-oriol/duvalier.php

[4]«Duvalier pourrait être à l’abri des poursuites pénales selon Bernard Gousse ». Radio Métropole : http://metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18681&action=print)
[5]Haïti libre, 04/03/2013 : «Haïti – Justice : Propos de Mirlande Manigat sur l’affaire Duvalier  » : http://www.haitilibre.com/article-8014-haiti-justice-propos-de-mirlande-manigat-sur-l-affaire-duvalier.html)
[6]Radio Canada, entrevue du 5 mars 2011 : « Duvalier pourrait bientôt être accusé de crimes de  guerre »   : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/03/04/008-crimes-guerre-duvalier.shtml)
[7]William G. O’Neill, « Analyse des décisions arrêtées par le commissaire du gouvernement Félix Léger au 3 novembre 2011 et par le juge d’instruction Jean Carvès au 30 janvier 2012 », Social Science Research Council, New York, NY, 1er février 2012, p. 4.  
[11]Sur le site île en île : « René Depestre par lui-même »: http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/depestre_entretien.html


Crédit: Robert Berrouët-Oriol/CANAL+HAÏTI
email(courriels): canalplushaiti@yahoo.fr / tradutexte.inter@hotmail.com
©CANAL+HAÏTI Copyright All Rights Reserved, Tous droits réservés Avril 2013

Aucun commentaire: