jeudi 23 novembre 2017

Haïti/Musique et Nécrologie: Boulo s’en est allé sans recevoir un dernier « fè van pou mwen »…

Boulo Valcourt et Yves Mardice en concert (Image d'archives, courtoisie de Yves Mardice)
Boulo Valcourt et Yves Mardice en concert   
La nouvelle est tombée comme un couperet en début de soirée ce vendredi 17 novembre 2017, le départ de ce ténor de la musique Haïtienne  endeuillera pendant longtemps le monde du spectacle.

Boulo VALCOURT était un chanteur, compositeur, guitariste, parolier né un 12 février 1946 au Cap-Haitien 2ième ville du pays située au Nord de Port-au-Prince. Il a fait ses débuts musicaux dès l’âge de 16 ans et créa son groupe (Les Copains), deux ans après il s’expatrie pour le Canada et  des escapades aux Etats unis,  il a fait son retour au pays en 1975 où il a formé son groupe (Horizon 75) et  adoptera un style musical très Jazzy qu’il  gardera tout au long de sa carrière d’artiste qui dura plus de 40 ans de scène.

Primé pour ses œuvres musicaux…

Boulo VALCOURT en 1977 débute une longue collaboration avec le groupe Caribéen Sextet en tant que  Chanteur, guitariste, parolier sa voix fut remarquablement appréciée ce qui va lui donner un succès  démesuré  et une très  grande admiration des fans.

Sa première récompense de carrière fut une plaque d’or à Curaçao (Île Néerlandaise) en 1986 au festival international de troubadour, l’année suivante il sera de nouveau gratifié par un second prix et obtient une plaque en argent.

boulo2Sa musique le conduit sur des plus grandes scènes internationales.

Boulo VALCOURT a représenté plus d’une fois Haiti dans plusieurs continents, dans la capitale Béninoise en  Afrique (1991)

De l’Asie en passant par l’ Amérique du Nord, l’ Amérique du Sud, les Antilles Françaises, Néerlandaises et Anglophone… Ce globe-trotter musical  ne laisse personne indifférent quand il est en spectacle sur scène.

Yves MARDICE  Un ami, Un Frère, Un Condisciple de classe et de scène Témoigne…

 Très affligé par cette nouvelle «  Je n’y croyais pas ce départ aussi brutal » raconte Yves MARDICE. Nous étions en classe au Collège Georges Marc à la rue O (Centre de Port-au-Prince), je me rappelle comme si c’était hier, il séchait les cours pour aller jouer à la guitare chez lui… 

Boulo était un humoriste, il riait constamment, sa guitare était toujours en bandoulière, il avait une affection particulière pour les Femmes, il  n’aimait pas rester chez lui le soir, c’était un homme qui avait un franc parler, il appréciait ses amis, aimait voyager, un amoureux de la mer.

Boulo ne vivait que pour la  musique, il adorait la foule, un passionné de la vie, c’était un homme d’une grande sagesse, simple  et d’une sensibilité inouïe.

Il me disait que son plus grand Amour et Ami c’est sa guitare, la Femme est aussi l’une des sources de ses inspirations musicaux.

Mon dernier spectacle avec Boulo c’était en Floride cela remonte à environ 1 an je ne pensais pas qu’il allait partir pour l’au-delà aussitôt, laissant la scène libre, sans avoir une femme  pour lui faire un autre « Fè Van Pou Mwen »

Pas si longtemps il présentait son dernier opus en solo

Le 27 décembre 2016 il a présenté son dernier opus en solo avec la collaboration de ses amis, cet album ne sera pas interprété dans beaucoup de spectacles car la maladie aura pris le dessus sur l’homme au belle voix, Boulo VALCOURT restera l’un des meilleurs artistes qui a su garder sa ligne musicale de plus de 40 ans en mettant le son Jazzy dans toutes ses compositions…les titres que les mélomanes retiendrons sans doute tels que : Kenbe’m la, La pessonn, Café, Kem mwen fè mal…
Sympathies à sa famille, ses amis et collaborateurs de premières scènes, son départ laissera un grand vide dans le milieu de la musique Haïtienne qui depuis un certain temps est en quête de repère.

Crédit:

N.B.-: Image fournie par Yves MARDICE
Texte et rédaction Peterson HERCULE
                              Journaliste Reporter
Paris Novembre 2017
presscaraibes@gmail.com

mercredi 22 novembre 2017

Haiti/Chili: Michelle Bachelet reçoit Richard Joseph pour son acte de bravoure !

Michelle Bachelet et Richard Joseph, « un abrazo »
La présidente Bachelet du Chili reçoit au palais l`haïtien qui a sauvé la vie d`une chilienne.
Au cours de la matinée de ce mercredi 22 novembre 2017, la présidente du Chili Michelle Bachelet a reçu au palais La Moneda, Richard Joseph, le jeune haïtien qui, au cours du week-end, avait attrapé une femme tombée d’un neuvième étage à Independencia afin de lui sauver la vie.

Étaient également présents le maire Gonzalo Durán et des membres du groupe « Buena Onda », avec qui le jeune « héros » haïtien avait rendez-vous pour une rencontre le jour de l’accident.

« Son action nous parle du Chili que nous voulons construire, solidaire et impliqué dans le bien-être collectif. Richard, grâce à vous aujourd’hui, nous sommes un meilleur pays! » a tweeté la présidente.
En outre, la cheffe de l`état chilien a soutenu que Richard est un exemple, car il a décidé d’aider et de ne pas être indifférent.

Rappelons que dans des déclarations relayées par la presse, Richard, après son exploit, avait souligné que la chose la plus importante à ce moment-là, au lieu d’enregistrer une vidéo comme l’ont fait d’autres personnes, était d’essayer de sauver la vie de la femme.

À la suite de cette action, le jeune Haïtien s’est fracturé le pied droit, ce à quoi l’homme d’affaires et philanthrope Leonardo Farkas a réagi en lui offrant deux millions de pesos pour payer ses frais médicaux.

 N.D.L.R.- Cet article est tiré et traduit de l’espagnol à partir de la parution d’un papier journal chilien « El Comercio », ayant pour titre original « El héroe haitiano que salvó a mujer que cayó del piso nueve ».


Crédit:  avec CANAL+HAITI, EFE et El Comercio Chile

mardi 21 novembre 2017

Haiti/Chili: L’haïtien Richard Joseph, héros au Chili après avoir sauvé la vie d’une femme.


chili
Richard Joseph

Ce Dimanche 19 novembre, Richard Joseph, un ressortissant haïtien qui vit au Chili depuis plus de trois ans, a sauvé la vie d’une femme tombant du neuvième étage d’un immeuble en la recevant dans ses bras.

Dans une conversation avec l’une chaine de TV chilienne (24 Horas Chile), il raconte qu’il était dans les parages pour assister à une réunion avec ses amis quand il a remarqué qu’il y avait des gens autour de lui qui s’inquiétaient et qui poussaient des cris dissuadant quelqu’un de ne pas se jeter.

C’est en entrant dans le parking de l’immeuble qu’il a vu la dame s’accrochant à la fenêtre en train de dire des choses. Au lieu de prendre son portable et de commencer à enregistrer la scène, il a décidé d’agir autrement.

En essayant d’amortir le choc, Joseph a pensé logiquement à la sauver. Car, dit-il, si quelque chose amortit sa chute avant de recevoir le coup, il y a des chances que sa tête ne se fracasse sur le sol et qu’elle n’en meure pas.

Le ressortissant haïtien s’en sort avec sa jambe droite et ses bras blessés après être tombé par terre avec la femme en tentant d’amortir sa chute. « Je ne pensais pas que c’était dangereux pour moi, j’avais l’intention de la recevoir dans mes bras », a-t-il conclu.

Un acte héroïque qui n’est pas passé inaperçu. L’entrepreneur Leonardo Farkas a annoncé un don de 2 millions de pesos au profit de Richard Joseph pour son sauvetage.

Dans un de ses tweets, le philanthrope a décrit l’homme comme étant un «héros haïtien», en même temps qu’il annonçait la remise de l’argent pour que Richard Joseph puisse payer les frais médicaux découlant de son action.

Richard Joseph ainsi que la Chilienne, dont la presse de son pays n’a pas révélé l’identité, ont tous deux été blessés, mais rien de grave, étant donné que l’événement pourrait avoir des conséquences fatales... Regardez la vidéo ci-dessous:


DIASPORAMA-HAÏTI avec 24 HorasChile

vendredi 17 novembre 2017

Hommage de Michèle B. Duvalier à Joseph Emmanuel Charlemagne, dit Manno Charlemagne.

miman1Manno Charlemagne est un auteur-compositeur-interprète engagé et ancien homme politique haïtien, né à Port-au-Prince en 1948. Il a vécu en exil pendant les années 1980 et de 1991 à 1994.


Poète, guitariste, chanteur et compositeur, Manno Charlemagne Artiste engagé, poète et leader de la résistance à Haïti dans les années quatre-vingt, Manno Charlemagne a connu deux exils, il n’a jamais pardonné à Aristide son alliance avec les Américains. Elu maire de Port-au-Prince en 1995, il se heurte à une situation ingérable. BIOGRAPHIE (site web de son producteur discographique) Il n’y a que les rats qui me font peur !


Ou bien encore l’avion quand je dois voyager !


Manno Charlemagne le dit lui même, il n’a pas peur des hommes. Des Duvalier, pères et fils aux autres Raoul Cedras, en passant par leur escorte de Tonton-Macoutes, à Jean-Bertrand Aristide. Cette posture contestatrice et audacieuse il l’affiche dès son plus jeune âge. Un véritable enfant tèk-tèk comme on dit en haïtien. Né en 1948, il grandit dans les quartiers pauvres de Port-au-Prince et Carrefour et est tout jeune témoin de l’injustice sociale et politique qui y sévit. Le chanteur guitariste qu’il devient à l’âge adulte dénonce avec virulence et sans peur les dictatures qui se succèdent en Haïti. Il sort son premier disque en 1978. Deux ans plus tard il est contraint à l’exil pour avoir crié « A bas Duvalier » à la fin d’un concert.


Manno Charlemagne est peut-être la plus sublime illustration de l’artiste militant en espace Caraïbe. Si l’énergie première de sa geste artistique est l’engagement militant en faveur des opprimés, son esthétique poétique et musicale n’en est pas pour autant négligée. La poésie est subtile. Elle s’exprime et s’enracine dans un créole haïtien parfaitement maîtrisé, vocabulaire, syntaxe et culture de la langue compris. Le cadre de cette écriture poétique est la culture, l’histoire sociale et politique et le quotidien haïtien. La musique préférant les accords mineurs se déploie dans une narration mélodique à la fois sensible et sûre d’elle-même. Le dépouillement presque totale, une voix-une guitare tel un troubadour, ne fait que renforcer cette impression. Parole et musique ne servent qu’un seul objectif : dénoncer pour secouer et éveiller les consciences en vue de l’action. C’est là le profond optimisme du militantisme contestataire de Manno Charlemagne, ne jamais céder au fatalisme. L’espoir est toujours là. Il considère d’ailleurs qu’Haïti n’est aujourd’hui qu’au commencement de son processus démocratique et cela en dépit de ses deux siècles d’indépendance nationale. (Source Wilkipedia).


« En général, on rend surtout un hommage à quelqu’un à sa mort. J’ai choisi plutôt aujourd’hui de rendre hommage à Manno Charlemagne qui est actuellement en convalescence aux USA, surtout pour le remercier et lui dire que je ne lui tiens pas rigueur d’avoir cité mon nom dans une de ses compositions musicales contestataire. D’ailleurs, j’ai trouvé que la mélodie était très jolie et qu’elle mérite d’être partager avec mes nombreux followers sur ma page. 


 Merci Manno Charlemagne. Que Manno Charlemagne se repose et qu’il nous revienne très vite. Je lui souhaite un prompt rétablissement. « 

Michèle Bennett Duvalier
Paris, France
Le 17 Novembre 2017
© Tous Droits Réservés.
Aucun des textes ou partie de texte, des photos de Michèle B. Duvalier, ne peuvent être reproduits dans un livre ou ailleurs à des fins lucratifs ou de propagande sans sa permission écrite.

Lybie/Traite des nègres: Des marchés aux esclaves filmés en Libye


 La caméra de CNN a capturé des images d'un autre temps. Dans un reportage diffusé le 14 novembre par la chaîne d'information américaine, des migrants venus d'Afrique subsaharienne font l'objet d'enchères, comme s'il s'agissait d'animaux ou d'objets. Vendus en Libye, ils devront travailler dans les champs ou effectuer des travaux de construction. Esclaves, ils n'ont aucun droit, passant des mains de leurs kidnappeurs (parfois leurs passeurs) à celle de leurs propriétaires, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

À l'origine de ce reportage, des images amateur montrant un homme en train d'être vendu devant une foule. Remise à la chaîne de manière anonyme, la vidéo a depuis été authentifiée. La réalité de ces marchés aux esclaves, l'Organisation Internationale pour les Migrations en témoignait déjà en avril 2017. Dans un rapport, l'OIM racontait le parcours de migrants sénégalais et ghanéens, capturés pendant leur périple pour être revendus.
Échangés pour moins de 400€, ces esclaves font partie des nombreuses victimes du système d'exploitation qui s'est instauré en Libye. Le pays, où près de 15.000 migrants seraient retenus par des bandes armées, est devenu une plaque tournante du trafic d'êtres humains. Une épreuve si dure qu'ils sont de plus en plus nombreux à choisir de retourner dans leur pays de départ avec l'aide de l'OIM : en 2017, ils sont déjà 8800 à avoir fait le trajet de retour, au départ de la Libye.

Libye/Traite des nègres: Des marchés aux esclaves

Image d'archives, courtoisie:
Quelque part près de Tripoli (Libye), une vente aux enchères bat son plein. Ce que ces journalistes, qui filment discrètement, découvrent, est à peine croyable : ce sont des êtres humains qui sont en train d'être vendus. Pour quelques centaines d'euros, un migrant africain vient d'être cédé à son nouveau propriétaire.

Vendus au plus offrant

Ces ventes de migrants auraient lieu une à deux fois par mois en toute discrétion à l'extérieur de la capitale libyenne. Les reporters américains voulaient en avoir la preuve après avoir reçu une vidéo amateur, en août dernier. Des hommes venus du Mali, du Niger, du Ghana sont exhibés comme du bétail aux futurs acquéreurs et vendus sans vergogne au plus offrant. Objets de tous les trafics par les passeurs, ces migrants africains qui rêvent d'Europe finissent souvent entassés dans ces camps de détention sordides. Certains affirment ici avoir été mis aux enchères pour travailler de force, soumis à des traitements inhumains. Les preuves sont rares, mais celles-ci ont été transmises aux autorités libyennes qui ont promis d'enquêter sur ces pratiques.

jeudi 16 novembre 2017

Haiti/Culture: Manno Charlemagne, de mieux en mieux...


Joseph Emmanuel Charlemagne, aka Manno Charlemagne, chanteur engagé et populaire et ancien maire de Port-au-Prince, se porte relativement bien. Il a été transféré de l’hôpital Mount Sinai, Miami Beach, à un centre de réhabilitation, à Miami, Floride.

Manno qui a subi récemment une opération chirurgicale pour un cancer, brûle d’envie de quitter le milieu hospitalier pour retourner en Haïti. C’est du moins ce qu’il a confié à un proche qui lui a parlé, trois heures de cela.


Contrairement aux rumeurs persistantes selon lesquelles il serait décédé, Manno continue de récupérer progressivement à la satisfaction de ses médecins.


Ses jours ne seraient pas en danger.